samedi 28 janvier 2012

Adulte à présent

Adulte à présent (Edgar Sekloka)
chez les éditions Sarbacane.

Elle a 15 ans dans un corps de femme ; elle a perdu sa famille.
Etats-Unis, New York. Il a 13 ans, il veut être un homme ; sa famille lui pèse. Elle va quitter son pays. Il va briser ses principes. Ils vont se rencontrer.







  • Mon avis :
- Le livre se découpe en trois parties. Je vais vous parler du livre à partir du même schéma :)

- Dans la première, on fait connaissance avec la Cadette. J'ai adoré cette partie au Cameroun, pourtant je pensais que ça allait être la partie de l'histoire que j'allais le moins apprécier. La Cadette a une vie plutôt confortable mais tout éclate lorsque la guerre se déclare dans son pays, dans son village et ruine sa vie. Avec l'aide de Bienvenu, elle va lutter pour sa survie, pour la libération. C'est une jeune fille de 15 ans mature, qui rêve de sa vie perdue, et aspire à mieux. J'ai beaucoup aimé ce personnage, sauf son petit "délire" avec son grain de beauté (j'avoue que je n'ai pas vu du tout ce que ça venait faire là).

- Dans la seconde partie, nous suivons la vie du Fils de Lode, dans un quartier pourri de New York. Qu'est ce qu'elle m'a énervée Saskia !!! Je n'en pouvais plus de cette femme. Même si j'avoue que Lode n'est pas non plus un modèle. C'est dans une cellule familiale brisée et pleine de colère que le Fils, 13 ans, tente de s'en sortir. Il rêve d'une meilleure vie, d'un père plus battant et d'une mère moins gueularde. Grâce à l'arrivée de la Cadette il va s'ouvrir aux autres (enfin, à elle surtout) et elle va lui insuffler l'envie de se donner les moyens de s'en sortir.

- Et dans la dernière partie, ces deux jeunes adolescents se rencontrent. Cette partie du récit se déroule vite, si bien qu'à la fin on a un sentiment de manque. Je pense que le contenu y aurait gagné à être plus étoffé. C'est justement le moment où l'on apprend à connaître les personnages, à se passionner pour leur "relation" ; et hop ça s'arrête.

- L'écriture de l'auteur est particulière. On y sent une certaine musicalité, le récit sonne comme une chanson. A vrai dire, certains passages m'ont fait penser à Mathias Malzieu. Les descriptions en général sont très bien, mais il y a eu certains passages qui m'ont paru assez lourds. Par exemple lorsque le Fils se balade dans la ville, je ne vois pas pourquoi on nous dit le nom des rues où il passe (sans autre description que le nom). Certains passages saccadés m'ont aussi "gênée". Voici deux citations pour vous montrer ce que je veux dire : "Derrière lui, les cris cessent. Dîner malgré tout, politesses" et "Et elle s'endort. Cauchemar bientôt, brume longtemps, images de mise à mort." . J'avoue ne pas avoir saisi ce que l'auteur a voulu transmettre avec de telles phrases courtes. J'ai été perturbée dans ma lecture lol.
Une certaine distance est mise par rapport aux personnages, mais je dois avouer que ça ne m'a pas gênée. Le seul truc qui m'a embêtée c'est qu'ils n'ont pas de nom ! Mais c'est sans doute parce que je n'ai pas l'habitude ;)

- Pour conclure, j'ai beaucoup aimé cette histoire. J'ai aimé les deux personnages principaux : le Fils et la Cadette. Je regrette juste que la fin soit si précipitée et que l'auteur n'ai pas donné plus de place à l'histoire commune des deux jeunes :)


Retrouvez les éditions Sarbacane sur leur site et sur Facebook.


  • Challenges :
"Le tour des genres en 365 jours" : 1 lecture Contemporaine / 2


"New PAL 2012" : 4 livres lus / 40

2 commentaires:

  1. haaan mais il a l'air troooop biiien !!!!

    RépondreSupprimer
  2. Il est trop bien ce livre !!
    J'ai adoré, sa façon d'écrire, l'histoire...
    Le truc avec le grain de beauté, c'est la seule chose qu'elle a trouvé pour ce rassurer, pour tenir le coup...
    J'ai aimé la fin, le faite qu'on puissent s'imaginer la suite comme on veut...
    J'ai eu le même sentiment pour la mère.
    Bonne lecture à tous !!

    RépondreSupprimer