samedi 10 novembre 2018

La dernière des Stanfield

Couverture La dernière des Stanfield 
La dernière des Stanfield
de Marc Levy
Editeur : Pocket
Poche : 448 pages

Ma vie a changé un matin alors que j'ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m'apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt.
L'auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m'ordonnait de ne parler de cette histoire à personne.
J'avais enterré Maman à Londres au début du printemps ; l'été s'achevait et j'étais encore loin d'avoir fait mon deuil.
Qu'auriez-vous fait à ma place ?
Probablement la même erreur que moi.

  • Mon avis :
Marc Levy nous offre une histoire prenante, une enquête que l'on n'a pas envie de lâcher. Certes, le début est un peu long à se mettre en place, mais j'ai tout de même été intriguée. Du coup, j'avais envie de continuer pour découvrir ce que l'auteur allait nous réserver avec ce roman.
L'intrigue de l'auteur est très bien menée, nous baladant à la découverte de divers personnages, de différents destins, à de multiples époques mais aussi plusieurs lieux, et tout ça, sans jamais nous perdre dans les méandres de ses secrets de famille. Vraiment, chapeau bas ! Je ne connaissais pas Marc Levy dans ce registre des secrets de famille et ça lui va plutôt bien !

La relation entre George-Harrison et Eleanor-Rigby ne m'a pas passionnée outre mesure, et je l'ai trouvée plutôt mal amenée à vrai dire. C'est sans doute un des points noirs du livre qui font que pour moi, ce n'est pas un coup de coeur.
J'ai également eu du mal à m'attacher aux personnages de May et de Sally-Anne. Leur histoire est très intéressante, imbriquées à celles du présent, et la plume de Marc Levy a réussi à me faire passer outre mon non-attachement aux protagonistes. Et je dois avouer que c'est une véritable prouesse car, personnellement, quand un personnage m'insupporte, ça me gâche l'histoire d'habitude.

En conclusion, Marc Lévy nous embarque avec brio dans son histoire à travers les époques, avec ses divers narrateurs. C'est une bonne saga familiale où se fondent des non-dits, des secrets de famille et destins croisés. Cela n'a pas été un coup de coeur à cause de mon manque d'attachement aux personnages mais ce fut une excellente lecture quand même.

vendredi 9 novembre 2018

Le seigneur des mers

Couverture Le seigneur des mers 
Le seigneur des mers
de Sabrina Jarema
Editeur : J'ai lu
Collection : Aventures et passions
Poche : 382 pages

Chef respecté de son clan, Rorik de Vargfjell sillonne la mer du Nord à bord de sa flotte marchande. Le jour où son plus beau navire est coulé par le comte Edward le long des côtes de Northumbrie, il réagit avec fureur et enlève la fille de ce dernier pour l'échanger contre une rançon. Or, Elfwynn est une bâtarde et son sort intéresse peu sa famille. Rorik n'a d'autre choix que de l'emmener chez lui, en Norvège. Et le seigneur païen, connu pour son appétit charnel, va bientôt brûler de désir pour sa jeune captive qui, malgré lui, touche son cœur...

  • Mon avis :
Il y a peu de romance historique sous le règne des vikings qui sont publiées en français, pourtant j'adorerais en lire plus. C'est un peuple qui m'a toujours fascinée ! Il y a quelques mois, j'étais donc ravie de voir que les éditions J'ai lu publiaient cette nouvelle saga. Et je ne suis pas déçue. J'ai adoré les deux premiers tomes, et c'est le coeur lourd que j'ai refermé ce troisième tome car c'est un petit coup de coeur et j'en voulais encore !


Tout m'a plu dans ce tome final : la romance entre les personnages principaux, leurs personnalités, l'univers viking, l'ambiance, la culture norvégienne, l'histoire...

Même si on ressent assez vite la passion entre nos deux héros, ils ne se laissent pourtant pas dominer par elle. Ainsi, Sabrina Jarema prend le temps d'installer la romance de ses personnages. J'ai adoré suivre nos deux héros. Leur connexion est électrique. Leur attirance est certes mutuelle mais ils ont du mal à se faire confiance. Ils se tournent autour et nous offrent de jolis dialogues piquants, pour notre plus grand plaisir.

Nos héros forment donc un très bon duo. Je les ai également beaucoup appréciés individuellement. Elfwynn est une jeune femme, généreuse, intelligente, courageuse et d'une grande douceur. Quant à Rorik, c'est un homme un peu bourru, mais diablement attachant. Rorik est également un homme sur qui on peut compter, loyal et je trouve que ses traits de caractère et son attitude protectrice envers Elfwynn sont des qualités qui font de lui un vrai héros viking comme on les aime. Tout ce qu'il possède, il l'a eu au mérite, et c'est ce qui fait de lui un leader légitime pour son peuple.

En conclusion, pour moi c'est une trilogie excellente et c'est le coeur lourd que je referme « Le seigneur des mers » car j'en voulai encore. Les deux premiers tomes présentaient une saga originale aux héroïnes fortes et aux vikings sexy, avec un background historique hyper intéressant. Ce troisième opus reste dans la même lignée, pour notre plus grand plaisir ! Je ne me suis pas ennuyée, c'est de nouveau un vrai coup de coeur.

vendredi 26 octobre 2018

Hades hangmen, tome 4 : Au-dessus des lois

Couverture Hades hangmen, tome 4 : Au-dessus des lois
Hades hangmen, tome 4 : Au-dessus des lois
de Tillie Cole
Editeur : Milady
Semi poche : 533 pages

Démasqué par les Hades Hangmen dont il avait essayé d’infiltrer les rangs, Caïn n’est plus qu’un être brisé croupissant au fond d’une cellule. Lui qui a vécu et roulé avec ces bikers tristement célèbres au nom d’une foi lui promettant la gloire n’a désormais plus rien... jusqu’à ce qu’une nouvelle voisine de cellule éveille en lui un instinct protecteur longtemps oublié. Tandis qu’ils se rapprochent, Caïn est de plus en plus décidé à réparer ses torts pour sauver celle qu’il aime par-dessus tout... même si cette bataille doit le mener aux portes de l’enfer.

  • Mon avis (en quelques mots) :
J'ai dévoré chaque tome de cette saga pour tout un tas de raisons ! Tout d'abord les intrigues du club, qui me rappellent celles du club Sons of Anarchy, la série télévisée. Guerres de clubs, trafics de drogue ou d'armes, lutte contre les Néonazis... L'intrigue autour des couples me passionnent également. Les liens entre les Hangmen sont vraiment forts. Ils mènent certes une vie atypique et violente, mais ils forment une véritable famille, ils sont soudés,  loyaux et font tout pour protéger ceux qu'ils aiment ou qu'ils ont sous leur protection. Je suis très sensible aux liens familiaux et fraternels de ce type, du coup j'adore cet aspect de la saga.

Je ne savais pas trop quoi attendre de ce quatrième opus car il concerne un tome que j'ai appris à détester dans les trois premiers opus : Caïn. Et... j'ai TELLEMENT aimé ce tome !

Dans cet opus, l'intrigue au sujet de l'Ordre prédomine encore une fois, mais cela ne m'a pas dérangée. À vrai dire je trouve que c'est passionnant et j'avais hâte qu'ils se fassent tous éclater, lol. J’ai également été ravie de retrouver la compagnie des Hadès Hangmen. De plus, l'intrigue autour du couple Caïn/Harmony m'a passionnée, même si elle n'est pas facile au milieu de toute cette violence et au milieu de leurs différents problèmes personnels. 
Caïn et Harmony apprennent à s'apprivoiser et se reconstruisent sous nos yeux. C’est parfois sombre, souvent difficile, mais c'est toujours très émouvant. C'est un couple à la relation toute particulière.

Caïn est un personnage à la psychologie particulière et au passé terrible. On découvre tout au fur et à mesure de la saga et on en découvre encore dans "Au-dessus des lois". A chaque révélation, j'avais la boule au ventre. Caïn ne cesse de se punir pour son comportement passé, pour celui des adeptes de l'Ordre, pour celui de son frere... Certains passages m'ont même tiré des larmes tant ils sont durs.

En conclusion, ce troisième tome est, selon moi, une véritable pépite. L'auteure a réussi à me faire adorer Caïn, moi qui le détestait tant. Tillie Cole continue de nous passionner avec ses intrigues, tout en nous offrant un nouveau couple très attachant et intéressant à suivre. Caïn et Harmony sont deux âmes brisées, soignées par la patience, l'amour et le pardon. Vivement la suite !

jeudi 25 octobre 2018

Nous danserons encore sous la pluie

Couverture Nous danserons encore sous la pluie
Nous danserons encore sous la pluie
de Valérie Bel
Editeur : Diva Romance
Semi poche : 224 pages

Marie et Damien viennent de fêter leurs 30 ans, il s'aiment, ils ont des projets de mariage et de bébé. Leur amour est solide. Leur avenir, plein de promesses.
Survient un accident. Damien est frappé d'amnésie. Il ne se souvient plus qui est Marie pour lui.
Dès lors, que restera-t-il des promesses et de leur amour ?
Ce lien, en apparence si fort, n'est-il qu'un fétu de paille balayé par le premier vent contraire ?

  • Mon avis :
Damien et Marie ont trente ans et sont ensemble depuis leur adolescence. Lorsque Damien a un accident et est renversé par une voiture, il se réveille avec aucun souvenir après ses quatorze ans, soit aucun de sa relation avec Marie. Il ne reste que les souvenirs de sa version à elle, une sorte de version tronquée de leur histoire. Et alors que Marie s'évertue à aider Damien, ce dernier semble terriblement absent...

Je pensais lire l'histoire d'un couple qui apprend à se découvrir de nouveau, qui apprend à s'aimer de nouveau. Or, cela n'a pas été le cas et j'ai été grandement déçue. Pour moi, Marie a toujours idéalisé sa relation avec Damien. Elle est beaucoup trop naïve et porte de grandes oeillères. Je fais partie des gens qui pensent que l'amour ne doit pas faire souffrir, ou en tout cas, l'être aimé ne doit pas faire souffrir l'autre. Et niveau souffrance provoquée par l'autre, on atteint un sacré level de la part de Damien. Pour moi, il n'a jamais été ni gentil, ni adorable, ni amoureux; que ce soit avant l'accident ou après.

Vous l'aurez compris, je n'ai pas aimé la relation entre Damien et Marie, celle-ci ne m'a pas émue et elle m'a même énervée. A mon sens, ce n'est pas une histoire d'amour qui "fait rêver".
La plupart des lectrices ont vu dans ce roman l'histoire d'un couple qui vit des épreuves. Moi j'y ai seulement vu un couple mal assorti qui se force à rester ensemble, avec une héroïne maltraitée mentalement par son coinjoint odieux et égoïste.

Pour conclure, cela a été une immense déception pour moi. Je suis totalement passée à côté de cette histoire et elle ne m'a pas touchée. Ce roman fera malheureusement partie de la catégorie "vite lus, vite oubliés". Toutefois, je vous conseille de vous faire votre propre avis car j'ai lu des tonnes d'avis dithyrambiques à son sujet, et très peu de négatifs.

mercredi 24 octobre 2018

Charley Davidson, tome 12 : Douze tombes sans un os

Couverture Charley Davidson, tome 12 : Douze tombes sans un os
Charley Davidson, tome 12 : Douze tombes sans un os
de Darynda Jones
Editeur : Milady
Poche : 374 pages

Depuis qu’il s’est échappé des enfers où Charley l’avait emprisonné par accident, Reyes, réduit à l’état de démon, n’a plus qu’une idée en tête : détruire l’univers. Et si ce n’était pas assez de devoir l’en empêcher, Charley a un meurtre à dissimuler, deux apprentis détectives à surveiller, et des prêtres un peu trop curieux au sujet de sa fille à éviter… Quand les humains capables de voir le surnaturel commencent à disparaître, le nouvel alter ego de son mari est le premier suspect. Pour sauver le monde qu’elle a revendiqué, Charley devra-t-elle sacrifier l’homme qu’elle aime depuis l’aube des temps ?

  • Mon avis :
« Charley Davidson » est une série qui a élu domicile dans ma bibliothèque depuis 2013 et j'en déguste chaque nouveau tome. Celui-ci n'a pas fait exception, je l'attendais avec impatience. Je suis trop heureuse d'avoir retrouvé la reine du sarcasme.

Charley est une jeune détective privé (en étroite collaboration avec la police) avec un don particulier : elle voit les morts. Elle peut les toucher et leur parler (pratique pour résoudre les crimes). Charley est également la faucheuse et agit tel un portail à travers lequel les morts passent une fois leur dernière volonté accomplie.

L'histoire de ce douzième tome est prenante. Je me suis totalement laissée embarquer par Charley et l'avoir comme narratrice est un délice.
Habituellement, nous avons un fil rouge et quelques enquêtes qui gravitent autour. Cette fois aussi c'est le cas, mais les petites investigations de Charley la touchent directement, elle ou son entourage. C'est donc un tome beaucoup plus "intime" et plus centré sur notre héroïne. J'ai adoré ça ! Le roman se dévore, l'action et les rebondissements s'enchaînant pour notre plus grand plaisir (et pas forcément celui de Charley, qui va encore en baver !).

Je vous conseille de ne pas lire mon avis si vous n'avez pas lu les tomes précédents.

Sa relation avec Reyes en a pris un coup depuis que leur plan a foiré dans le tome précédent (je fais exprès de ne pas trop en dire pour ne pas spoiler les éventuels curieux). On découvre une Charley presque désespérée, quand bien même elle est prête à tout pour ramener Reyes, quand bien même on lui dit que c'est impossible... Notre héroïne m'a vraiment touchée sur ce coup !

Fin des spoilers éventuels sur les tomes précédents.

Charley est une héroïne comme je les aime : franche, forte, drôle, sarcastique, et avec une bonne dose de répartie. Elle est toujours pleine de peps même si les évènements que j'ai cités en spoilers lui mettent quand même un coup au moral.

En conclusion, j'ai adoré ce douzième tome et je l'ai dévoré très vite.  Pour moi le seul bémol tient au fait que l'on ne voit plus assez certains personnages secondaires (ils me manquent du coup !). Mais je vous rassure, c'est tout de même un coup de coeur ! Vivement le prochain.

Traîtrises

Couverture Traîtrises
Traîtrises
de Penelope Williamson
Editeur : J'ai lu
Collection : Aventures et passions
Poche : 345 pages

Le plan de Jamie Maxwell, chef d'un des plus puissants clans d'Écosse, est audacieux : enlever Alexia, la fille cadette de sir Carleton, la veille de son mariage. Au nez et à la barbe du futur époux, l'un des favoris d'Elisabeth Tudor. Quel affront pour la Couronne ! Et pour les Maxwell, qu'une rivalité sans trêve oppose depuis des siècles aux Carleton, quelle magnifique vengeance ! D'autant plus délectable, d'ailleurs, qu'Alexia est pourvue d'indéniables attraits : de longs cheveux bruns, d'incroyables yeux ambrés, une silhouette fine... Des années plus tôt, Jamie l'avait rencontrée par hasard et n'avait pu résister au désir de goûter ses lèvres pulpeuses.

  • Mon avis :
La rivalité entre les Maxwell, des Écossais; et les Carleton, des Anglais; existe depuis des dizaines d'années.
Alexia Carleton est sur le point d'épouser Seymour Howard, favori de la reine Elizabeth Tudor, gouverneur des régions frontalières anglaises de l'ouest. Seymour a fait prisonnier Malcolm Maxwell, et son grand-frère Jamie vient le libérer. Au passage il kidnappe Alexia et dit qu'il la rendra contre une rançon de cinq cents livres et l'épée de son grand-père.
C'est une histoire avec beaucoup d'action et de retournements de situation, on n'a absolument pas le temps de s'ennuyer. De plus, les décors et les paysages d'Écosse m'ont fait rêver. Le background historique est hyper bien travaillé, on a vraiment l'impression d'être au XVIème siècle, au cœur des intrigues pour remettre Mary Stuart sur le trône d'Angleterre.

Alexia et Jamie forment un duo haut en couleurs. Ils ont deux caractères forts mais s'aiment énormément. Entre eux il y a une véritable alchimie et une grande passion. Il y a parfois beaucoup de doutes, de quiproquos et de différences entre eux, mais leur amour sera plus fort.
Je suis tombée amoureuse du personnage de Jamie. Il n'est pas parfait, mais c'est un héros que j'ai tout de suite aimé. C'est un artiste et un très bon chef de clan, pourtant il n'était pas destiné à le devenir.
Alexia est une jeune femme courageuse téméraire et déterminée. Depuis son enfance elle a un côté garçon manqué qui n'est pas pour me déplaire. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et sait tenir tête aux hommes, et ce intelligemment.Alexia n'a pas sa langue dans sa poche et se révèle plutôt du genre indomptable.
La galerie des personnages secondaires est tout simplement excellente. J'ai adoré la tante Mado, Lady Madeline Campbell, comtesse douairière d'Argyll. Elle est extravagante, gentille, et douce. Il y a aussi Katherine, la femme du Marais. Elle est mystérieuse mais elle aussi très douce et gentille. J'ai également adoré Malcolm un des frères de Jamie, et Big Jock, un de ses hommes. 

Pour conclure, « Traîtrises » a été un vrai petit coup de coeur. C'est une très belle romance qui ne manque pas de piquant, avec bon nombre de rebondissements et un background historique très intéressant. Les personnages principaux et secondaires sont très attachants.

www.jailupourelle.com/