mercredi 20 novembre 2019

Avec des si et des peut-être

 
Avec des si et des peut-être
de Carène Ponte
Editeur : Pocket
Poche : 336 pages

Aimeriez-vous savoir quelle serait votre vie si vous aviez fait d’autres choix ?
Prof de français au lycée de Savannah (-sur-Seine), Maxine vit en colocation avec Claudia (et ses crèmes au jus d’herbe fermenté), elle aime Flaubert (ses élèves, Stromae), courir avec ses deux meilleures amies (trois cents mètres) et aller chez le dentiste (sa sœur).
Maxine croit aux signes et aux messages de l’Univers. Pourtant elle ne peut s’empêcher de se demander : « Et si j’étais allée ici plutôt que là, si j’avais fait ceci au lieu de cela, ma vie serait-elle chamboulée ? »
En bonne prof de français, Maxine aime le conditionnel…
Mais à trop réfléchir Avec des si et des peut-être, ne risque-t-on pas d’oublier de vivre au présent ?
Et si la vie décidait de lui réserver un drôle de tour ?

  • Mon avis :
Maxine, prof de français dans un lycée depuis six ans, a la fâcheuse manie de se demander « Et si ? », c'est plus fort qu'elle. Un soir, notre héroïne écoute son émision de radio préférée où un auteur est invité et présente son livre « Avec des si et des peut-être » dans lequel son héroïne peut vivre une vie alternative pendant un mois. Le lendemain, Maxine se réveille dans sa peau, mais dans la vie d'une autre : une présentatrice radio, mariée, physiquement un peu différente, des proches qui ont changé... Mais Maxine a-t-elle vraiment gagné au change ?

J'aime beaucoup Carène Ponte, que j'ai découverte grâce à son roman « Tu as promis que tu vivrais pour moi ». J'étais donc ravie de découvrir un autre roman de cette auteure.

A travers son héroïne, Carène Ponte nous rappelle qu'il ne faut pas forcément toujours repenser à ses actes, à ses choix, et surtout ne pas oublier de vivre le moment présent au lieu du conditionnel. J'ai un caractère complètement à l'opposé de Maxine, je préfère regarder en avant et assumer les choix du passé, plutôt que de me demander ce qui se serai passé si j'avais fait tel ou tel choix. En revanche je suis de nature à peser le pour et le contre, bien en amont, de chaque décision. J'ai beaucoup aimé voir l'évolution de Maxine, ainsi que ses prises de conscience.

Maxine est un personnage qui m'a fait sourire. Elle est également pétillante, dynamique, fraîche, naturelle... Quant aux trois copines de Maxine, elles sont très différentes les unes des autres et rigolotes. Elles forment une partie importante de galerie de personnages secondaires hétéroclites, mais nous avons également quelques autres qui valent le détour, comme la grand-mère de Maxine par exemple.

Pour conclure, j'ai passé un moment très sympa en compagnie de Maxine. Ce n'est pas un coup de coeur, mais c'est un livre que je vous recommande. « Avec des si et des peut-être » est un roman parfois triste, mais il est plein d'amour et saupoudré d'une bonne dose d'humour. En somme, c'est un roman feel-good réussi !

mardi 19 novembre 2019

Une affaire privée

Couverture Une affaire privée 
Une affaire privée
de Diana Gabaldon
 
Editeur : J'ai lu
Semi poche : 384 pages

Jeune aristocrate et haut gradé de l'armée de Sa Majesté britannique, il vient d'assister à une scène on ne peut plus " shocking "... Ses efforts pour éviter un scandale susceptible de détruire sa famille sont toutefois interrompus par une affaire plus urgente encore : la Couronne le charge d'enquêter sur le meurtre brutal d'un compagnon d'armes, soupçonné de haute trahison. Contraint de mener de front les deux investigations, le major Grey se trouve emporté dans un réseau de traîtrises politiques et sentimentales qui touche toutes les strates de la société... et menace tout ce qui lui tient à cœur. Des lupanars sordides du monde de la nuit aux salons d'apparat de la noblesse en passant par les entrepôts de la puissante Compagnie des Indes orientales, Lord John se lance sur la piste d'un mystérieux valet de pied et d'une non moins intrigante femme en robe de velours vert...

  • Mon avis :
Je dirais que, chronologiquement parlant, cette histoire se situe entre les tomes 2 et 3 de la saga « Outlander ». C'est intéressant de le savoir car on revient sur des faits qui se sont déroulés à ce moment là. J'ai retrouvé avec un IMMENSE plaisir la plume de Diana Gabaldon qui nous fait suivre un autre personnage que notre duo préféré Jamie et Claire.

L'enquête menée par Lord John est très prenante, Diana Gabaldon nous offrant une intrigue qui m'a passionnée. Il y a certes quelques facilités scénaristiques, mais cela ne m'a pas vraiment dérangée.
Le contexte politique est hyper intéressant : l'Angleterre et la France se disputent pour asseoir leur suprématie sur les trois continents. Dans « Outlander » nous avons surtout le point de vue écossais des évènements (à travers les yeux de Jamie et autres personnages) du coup c'est sympa de voir un peu les choses à travers le regard d'un anglais (Claire est anglaise, j'en conviens, mais elle n'est pas du tout de la même époque alors c'est encore différent).

Lord John est un personnage que j'adore et j'ai été ravie de lire une histoire qui fait de lui le personnage principal. C'est un homme complexe, intelligent, courageux, attachant, doté d'un grand sens de l'honneur. Son homoséxualité cachée, impossible à assumer (sous peine d'être emprisonné voir pendu), fait de Lord John un personnage qu'on a envie de protéger du monde extérieur et des gens potentiellement mal intentionnés.

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé ce spin-off de la série « Outlander ». Je pense que pour les fans de la saga, c'est un vrai plus. En revanche, pour ceux qui ne connaissent pas, l'intrigue peut facilement tomber à plat. Etant donné que j'ai lus tous les tomes de la saga « Outlander », je me réjouis de pouvoir lire d'autres récits de l'auteure pour tempérer mon impatience. Lord John est un bon compagnon pour patienter ;)

mardi 1 octobre 2019

La première fois c'était quand même plus marrant

Couverture La première fois c'était quand même plus marrant 
La première fois c'était quand même plus marrant
de Colleen Oakley
Editeur : Milady
Broché : 416 pages

Alors qu'elle s'apprêtait à profiter d'un week-end romantique pour célébrer le troisième anniversaire de sa guérison, Daisy reçoit une terrible nouvelle : elle est atteinte d'un nouveau cancer en phase terminale. La mort est une perspective effrayante ; abandonner Jack, son mari brillant mais adorablement démuni face à la vie, l'est encore plus. Daisy se lance donc avec acharnement dans la quête de la femme idéale pour qu'après son départ, Jack ne se retrouve pas seul. Mais lorsque l'image de son mari avec une autre ne devient que trop réelle, Daisy devra choisir ce qui compte le plus pour elle dans les quelques mois qu'il lui reste : son propre bonheur ou celui de Jack...

  • Mon avis :

« La première fois c'était quand même plus marrant » est un roman hyper émouvant. L'auteure nous fait passer par une palette d'émotions terribles et j'ai eu la boule au ventre tout au long du récit. Je suis passée par plusieurs étapes avec l'héroïne : la tristesse, la rage face au diagnostique, on veut qu'il soit erroné. J'ai également eu envie de lui dire d'arrêter de chercher la femme parfaite pour son mari, et de profiter des moments qui lui reste avec lui, que c'est bien plus important.

Daisy m'a beaucoup touchée. Elle prend peu à peu conscience des choses qu'elle ne vivra pas : vieillir, partager sa vie avec Jack, avoir des enfants... Elle doit faire le deuil de tout cela, tout en se sentant obligée de préparer Jack à vivre sans elle. Le final du livre est un peu inattendu, dans le sens où je pensais que l'auteure allait clôturer son histoire de manière différente, pas aussi ouverte.
La relation de Daisy avec Jack est adorable, même si elle n'est pas parfaite. Sa relation conflictuelle avec sa mère m'a fait de la peine. Daisy a toujours été l'adulte jusqu'au jour où elle a eu son premier cancer, et ça la destabilise même encore aujourd'hui de voir sa mère aux petits soins. Les personnages secondaires sont peu nombreux mais variés et ils servent tous le récit, à travers l'histoire de Daisy, à travers ses relations et ses émotions.

En conclusion, « La première fois c'était quand même plus marrant » était mon premier roman de l'auteure et il m'a beaucoup plu. C'est un livre triste, mais pas seulement. C'est également une belle histoire pleine d'amour.  Je n'ai pas lu son premier (« La première fois qu'on m'a embrassée je suis morte ») et je pense que je vais bientôt l'ajouter à ma PAL ;)

mardi 10 septembre 2019

Sauvages, tome 2 : La cité des loups

Couverture Sauvages, tome 2 : La Cité des loups 
Sauvages, tome 2 : La cité des loups
de Maria Vale
Editeur : Milady
Broché : 336 pages

Une humaine peut-elle ouvrir son cœur à la nature sauvage ?
Elijah Sorensson jouit de tous les attributs du succès : costumes taillés sur mesure, luxueux appartement new-yorkais, l’attention de femmes superbes… Pourtant il n’a que mépris pour cette vie d’humain qui lui a été imposée. Il est l’alpha de sa génération au sein de la meute du Grand Nord, et le loup qui l’habite s’apprête à se rebeller. Dans ce monde d’artifices et de faux-semblants, Thea Villalobos est la seule à percevoir un homme au cœur habité de passions puissantes qui étouffe peu à peu sous le masque qu’il arbore. Mais même pour un esprit aussi libre et indépendant que le sien, il est dangereux d’aimer une âme aussi terrible et sauvage qu’un loup…

  • Mon avis : 
Elijah est avocat de la meute et est contraint de vivre hors-terres. En effet, il ne revient dans la meute que tous les vingt-sept jours, lors de la lune de fer. Elijah n'aspire qu'à trouver un moyen de revenir définitivement au sein des terres de la meute. Il est très fragile psychologiquement, malheureux, et enchaîne les relations dans lendemain. Lorsqu'il fait la connaissance de Théa à son cabinet, sa vie va basculer peu à peu et va perturber ses plans et son loup.

Ce deuxième tome m'a laissé un sentiment totalement différent par rapport au premier. J'avais eu un gros coup de coeur pour « Le dernier loup », mais j'ai été un peu déçue par « La cité des loups » malheureusement. Cela vient de plusieurs choses : je n'ai pas été très convaincue par la relation des personnages principaux, ni par le fait que l'on se trouve hors-terres et par conséquent, loin de la meute. L'aspect sauvage de cette saga m'avait fait craquer, et là je n'ai pas retrouvé cette connexion avec la nature.

Théa est une jeune femme naturelle, simple, loin de la superficialité des autres femmes qu'Elijah a côtoyé. Théa fait tout pour aider les autres, humains comme animaux. Je dois avouer que j'ai beaucoup aimé cette femme et j'ai été un peu déçue de ne pas avoir son point de vue dans la narration. Quant à Elijah, il est en pleine dépression est à deux doigts de craquer. C'est un homme instable émotionnellement et même si cela le rend attachant, je n'ai pas été totalement charmé par sa personnalité. A vrai dire, j'ai surtout apprécié Elijah sur la fin du roman.

La relation entre Théa et Elijah se met en place doucement, et j'ai apprécié le fait que l'auteure prenne le temps de développer leurs sentiments. Maria Vale met aussi en lumière les problèmes que peuvent susciter une relation entre un loup et une humaine. En revanche, je me suis sentie un peu en retrait par rapport à leur relation, je n'ai pas vraiment été convaincue par celle-ci.

En conclusion, j'ai été un peu déçue par « La cité des loups » car je n'ai pas totalement retrouvé l'univers que Maria Vale nous avait présenté dans « Le dernier loup ». L'histoire en elle-même est intéressante mais je ne l'ai pas trouvée addictive. Il en va de même pour la relation entre Elijah et Thea qui ne m'a pas totalement convaincue. Par conséquent, j'ai hâte de découvrir ce que nous réserve l'auteure pour son troisième opus, et je croise les doigts pour que l'on se retrouve au sein de la meute de nouveau.

jeudi 5 septembre 2019

Black wings, tome 3 : Black howl

Couverture Black wings, tome 3 : Black howl 
Black wings, tome 3 : Black howl
de Christina Henry
Editeur : Milady
Poche : 384 pages

En tant que Faucheuse, Madeline Black a pour rôle d'escorter les défunts dans l'au-delà. Enfin, en théorie... Car les fantômes arpentent les rues de Chicago, prisonniers dans ce monde. Au même moment, le pacte involontaire que Maddy a passé avec les loups-garous se retourne contre elle lorsque leur alpha est enlevé. Et Maddy a beau être l'héritière de Lucifer, les déchus refusent de lui adresser la parole depuis qu'elle a accepté de protéger le demi-frère de Gabriel. Pour couronner le tout, sa relation avec ce dernier bat de l'aile depuis quelque temps. Au moins, Nathaniel, son odieux ex-fiancé, a disparu dans la nature. Du moins, c'est ce qu'elle croit...

  • Mon avis :
Maddy tombe sur un fantôme qui se comporte vraiment bizarrement. Des choses étranges surviennent : des morts imprévues, des fantômes barjo... Comme si cela ne suffisait pas, Wade, l'alpha, a disparu dans des cirsconstances douteuses. De plus, suite à ce qui s'est passé à la cour des Faes, la situation politique n'a jamais été aussi instable. Encore une fois, notre héroïne se retrouve au coeur d'un imbroglio de problèmes.

Ce troisième opus est émotionnellement terrible. Je suis passée par toute une palette d'émotions, mais la colère et la tristesse arrivent en pôle position. L'auteure nous offre une intrigue explosive pleine de rebondissments, d'action, de tensions, de combats acharnés et révélations. Quant au final... je ne peux rien vous dire, mais je me suis retrouvée sur le cul ! Je ne sais pas ce qui va se passer dans le prochain tome, mais ça promet d'être sacrément mouvementé! Maddy est déterminée et je n'aimerai pas être sur son chemin.

Quel plaisir de retrouver cette héroïne badass, au tempérament de feu, maladroite et pleine de répartie. Maddy est la reine des faux pas et des incidents diplomatiques, mais on l'aime quand même! De plus, ce tome met vraiment en lumière ses relations avec ses proches, et le fait qu'elle est prête à tout pour eux.

A travers les liens qu'ils ont avec Maddy, je me suis encore davantage attachée à la galerie de personnages secondaires qui entourent notre héroïne. Beezle, JB, Gabriel, Samiel, et même Lucifer, que je commence à fortement aimer ! Les joutes verbales avec Beezle sont toujours aussi délicieuses, et la relation qu'elle entretien avec Samiel est tout simplement adorable. J'ai aimé les voir tous ensemble, comme une famille, affronter l'adversité.

En conclusion, ce troisième tome est une véritable pépite. L'auteure a mis mes nerfs à rude épreuve avec son intrigue captivante et elle m'a brisé le coeur, et j'ai hâte de savoir comment les choses vont évoluer dans le quatrième opus. Il va falloir attendre fin octobre pour découvrir tout cela dans "Black lament". Soyez sûrs que je serai au rendez-vous!

mardi 3 septembre 2019

Black wings, tome 2 : Black night

Couverture Black wings, tome 2 : Black night 
Black wings, tome 2 : Black night
de Christina Henry 
Editeur : Milady
Poche : 384 pages

En tant que Faucheuse, Madeline Black a pour rôle d’escorter les âmes des défunts dans l’au-delà. Évidemment, ils sont rarement ravis de la voir… Pourtant, c’est là le cadet de ses soucis. Des morts contre-nature frappent la ville, des ennemis inconnus ou malheureusement trop familiers la suivent, et pour couronner le tout, Gabriel, son garde du corps, a disparu avec sa gargouille de compagnie ! Mais Maddy est la petite-fille de Lucifer, et ses ennuis personnels pèsent bien peu face à l’intervention délicate qu’on lui confie : une mission diplomatique au royaume fae, qui l’entraînera jusqu’au cœur du terrible Dédale…

  • Mon avis
Nous retrouvons Maddy environ un mois après les évènements du premier tome. Antares est de retour, des loups sont victimes de meurtres horribles, la relation entre Gabriel et Maddy se dégrade et il disparaît ! Notre héroïne a donc bien assez de souci à gérer, mais un autre va s'ajouter : Lucifer donne une mission diplomatique à Maddy. Elle doit se rendre à la cour des Fae poour négocier un traité pour lui. Bien evidemment les choses ne vont pas du tout se dérouler comme prévu.

Après un premier tome très prometteur, j'attendais avec impatience la suite de la saga. Une fois de plus, l'intrigue est riche en révélations, action et rebondissements. On n'a clairement pas le temps de souffler, tout comme Maddy d'ailleurs. L'histoire est vraiment prenante, riche et intéressante. On "voyage" dans un nouveau monde, et les évènements s'enchaînent. Pour moi, ce second tome est une réussite. L'auteure nous offre une histoire menée par une héroïne haute en couleurs, accompagnée de personnages secondaires qui le sont tout autant, dans un univers riche et passionnant.

La pauvre Maddy est un "aimant à emmerdes"! Dans ce tome elle va vraiment se mettre en danger, et j'avoue avoir eu peur pour elle à plusieurs reprises!
Du côté des personnages secondaires, je les aime toujours autant. Beezle est souvent hilarant, on en apprend plus sur JB et c'est très intéressant. Gabriel évolue par rapport au premier tome. Je le trouvais trop dévoué, trop gentil, "trop tout" mais dans ce tome s'amorce une sorte de rebellion et j'ai trouvé ça plus intéressant que de suivre aveugléent Maddy comme un petit chien.

En conclusion, si le premier tome était très bon, ce second opus est encore meilleur ! L'ambiance est pleine de magie, de secrets, d'embrouilles et d'humour. On en apprend plus sur certains personnages, les enjeux se corsent au fil des pages et j'ai hâte de voir comment Maddy va gérer la situation suite aux derniers évènements.