mardi 10 septembre 2019

Sauvages, tome 2 : La cité des loups

Couverture Sauvages, tome 2 : La Cité des loups 
Sauvages, tome 2 : La cité des loups
de Maria Vale
Editeur : Milady
Broché : 336 pages

Une humaine peut-elle ouvrir son cœur à la nature sauvage ?
Elijah Sorensson jouit de tous les attributs du succès : costumes taillés sur mesure, luxueux appartement new-yorkais, l’attention de femmes superbes… Pourtant il n’a que mépris pour cette vie d’humain qui lui a été imposée. Il est l’alpha de sa génération au sein de la meute du Grand Nord, et le loup qui l’habite s’apprête à se rebeller. Dans ce monde d’artifices et de faux-semblants, Thea Villalobos est la seule à percevoir un homme au cœur habité de passions puissantes qui étouffe peu à peu sous le masque qu’il arbore. Mais même pour un esprit aussi libre et indépendant que le sien, il est dangereux d’aimer une âme aussi terrible et sauvage qu’un loup…

  • Mon avis : 
Elijah est avocat de la meute et est contraint de vivre hors-terres. En effet, il ne revient dans la meute que tous les vingt-sept jours, lors de la lune de fer. Elijah n'aspire qu'à trouver un moyen de revenir définitivement au sein des terres de la meute. Il est très fragile psychologiquement, malheureux, et enchaîne les relations dans lendemain. Lorsqu'il fait la connaissance de Théa à son cabinet, sa vie va basculer peu à peu et va perturber ses plans et son loup.

Ce deuxième tome m'a laissé un sentiment totalement différent par rapport au premier. J'avais eu un gros coup de coeur pour « Le dernier loup », mais j'ai été un peu déçue par « La cité des loups » malheureusement. Cela vient de plusieurs choses : je n'ai pas été très convaincue par la relation des personnages principaux, ni par le fait que l'on se trouve hors-terres et par conséquent, loin de la meute. L'aspect sauvage de cette saga m'avait fait craquer, et là je n'ai pas retrouvé cette connexion avec la nature.

Théa est une jeune femme naturelle, simple, loin de la superficialité des autres femmes qu'Elijah a côtoyé. Théa fait tout pour aider les autres, humains comme animaux. Je dois avouer que j'ai beaucoup aimé cette femme et j'ai été un peu déçue de ne pas avoir son point de vue dans la narration. Quant à Elijah, il est en pleine dépression est à deux doigts de craquer. C'est un homme instable émotionnellement et même si cela le rend attachant, je n'ai pas été totalement charmé par sa personnalité. A vrai dire, j'ai surtout apprécié Elijah sur la fin du roman.

La relation entre Théa et Elijah se met en place doucement, et j'ai apprécié le fait que l'auteure prenne le temps de développer leurs sentiments. Maria Vale met aussi en lumière les problèmes que peuvent susciter une relation entre un loup et une humaine. En revanche, je me suis sentie un peu en retrait par rapport à leur relation, je n'ai pas vraiment été convaincue par celle-ci.

En conclusion, j'ai été un peu déçue par « La cité des loups » car je n'ai pas totalement retrouvé l'univers que Maria Vale nous avait présenté dans « Le dernier loup ». L'histoire en elle-même est intéressante mais je ne l'ai pas trouvée addictive. Il en va de même pour la relation entre Elijah et Thea qui ne m'a pas totalement convaincue. Par conséquent, j'ai hâte de découvrir ce que nous réserve l'auteure pour son troisième opus, et je croise les doigts pour que l'on se retrouve au sein de la meute de nouveau.

jeudi 5 septembre 2019

Black wings, tome 3 : Black howl

Couverture Black wings, tome 3 : Black howl 
Black wings, tome 3 : Black howl
de Christina Henry
Editeur : Milady
Poche : 384 pages

En tant que Faucheuse, Madeline Black a pour rôle d'escorter les défunts dans l'au-delà. Enfin, en théorie... Car les fantômes arpentent les rues de Chicago, prisonniers dans ce monde. Au même moment, le pacte involontaire que Maddy a passé avec les loups-garous se retourne contre elle lorsque leur alpha est enlevé. Et Maddy a beau être l'héritière de Lucifer, les déchus refusent de lui adresser la parole depuis qu'elle a accepté de protéger le demi-frère de Gabriel. Pour couronner le tout, sa relation avec ce dernier bat de l'aile depuis quelque temps. Au moins, Nathaniel, son odieux ex-fiancé, a disparu dans la nature. Du moins, c'est ce qu'elle croit...

  • Mon avis :
Maddy tombe sur un fantôme qui se comporte vraiment bizarrement. Des choses étranges surviennent : des morts imprévues, des fantômes barjo... Comme si cela ne suffisait pas, Wade, l'alpha, a disparu dans des cirsconstances douteuses. De plus, suite à ce qui s'est passé à la cour des Faes, la situation politique n'a jamais été aussi instable. Encore une fois, notre héroïne se retrouve au coeur d'un imbroglio de problèmes.

Ce troisième opus est émotionnellement terrible. Je suis passée par toute une palette d'émotions, mais la colère et la tristesse arrivent en pôle position. L'auteure nous offre une intrigue explosive pleine de rebondissments, d'action, de tensions, de combats acharnés et révélations. Quant au final... je ne peux rien vous dire, mais je me suis retrouvée sur le cul ! Je ne sais pas ce qui va se passer dans le prochain tome, mais ça promet d'être sacrément mouvementé! Maddy est déterminée et je n'aimerai pas être sur son chemin.

Quel plaisir de retrouver cette héroïne badass, au tempérament de feu, maladroite et pleine de répartie. Maddy est la reine des faux pas et des incidents diplomatiques, mais on l'aime quand même! De plus, ce tome met vraiment en lumière ses relations avec ses proches, et le fait qu'elle est prête à tout pour eux.

A travers les liens qu'ils ont avec Maddy, je me suis encore davantage attachée à la galerie de personnages secondaires qui entourent notre héroïne. Beezle, JB, Gabriel, Samiel, et même Lucifer, que je commence à fortement aimer ! Les joutes verbales avec Beezle sont toujours aussi délicieuses, et la relation qu'elle entretien avec Samiel est tout simplement adorable. J'ai aimé les voir tous ensemble, comme une famille, affronter l'adversité.

En conclusion, ce troisième tome est une véritable pépite. L'auteure a mis mes nerfs à rude épreuve avec son intrigue captivante et elle m'a brisé le coeur, et j'ai hâte de savoir comment les choses vont évoluer dans le quatrième opus. Il va falloir attendre fin octobre pour découvrir tout cela dans "Black lament". Soyez sûrs que je serai au rendez-vous!

mardi 3 septembre 2019

Black wings, tome 2 : Black night

Couverture Black wings, tome 2 : Black night 
Black wings, tome 2 : Black night
de Christina Henry 
Editeur : Milady
Poche : 384 pages

En tant que Faucheuse, Madeline Black a pour rôle d’escorter les âmes des défunts dans l’au-delà. Évidemment, ils sont rarement ravis de la voir… Pourtant, c’est là le cadet de ses soucis. Des morts contre-nature frappent la ville, des ennemis inconnus ou malheureusement trop familiers la suivent, et pour couronner le tout, Gabriel, son garde du corps, a disparu avec sa gargouille de compagnie ! Mais Maddy est la petite-fille de Lucifer, et ses ennuis personnels pèsent bien peu face à l’intervention délicate qu’on lui confie : une mission diplomatique au royaume fae, qui l’entraînera jusqu’au cœur du terrible Dédale…

  • Mon avis
Nous retrouvons Maddy environ un mois après les évènements du premier tome. Antares est de retour, des loups sont victimes de meurtres horribles, la relation entre Gabriel et Maddy se dégrade et il disparaît ! Notre héroïne a donc bien assez de souci à gérer, mais un autre va s'ajouter : Lucifer donne une mission diplomatique à Maddy. Elle doit se rendre à la cour des Fae poour négocier un traité pour lui. Bien evidemment les choses ne vont pas du tout se dérouler comme prévu.

Après un premier tome très prometteur, j'attendais avec impatience la suite de la saga. Une fois de plus, l'intrigue est riche en révélations, action et rebondissements. On n'a clairement pas le temps de souffler, tout comme Maddy d'ailleurs. L'histoire est vraiment prenante, riche et intéressante. On "voyage" dans un nouveau monde, et les évènements s'enchaînent. Pour moi, ce second tome est une réussite. L'auteure nous offre une histoire menée par une héroïne haute en couleurs, accompagnée de personnages secondaires qui le sont tout autant, dans un univers riche et passionnant.

La pauvre Maddy est un "aimant à emmerdes"! Dans ce tome elle va vraiment se mettre en danger, et j'avoue avoir eu peur pour elle à plusieurs reprises!
Du côté des personnages secondaires, je les aime toujours autant. Beezle est souvent hilarant, on en apprend plus sur JB et c'est très intéressant. Gabriel évolue par rapport au premier tome. Je le trouvais trop dévoué, trop gentil, "trop tout" mais dans ce tome s'amorce une sorte de rebellion et j'ai trouvé ça plus intéressant que de suivre aveugléent Maddy comme un petit chien.

En conclusion, si le premier tome était très bon, ce second opus est encore meilleur ! L'ambiance est pleine de magie, de secrets, d'embrouilles et d'humour. On en apprend plus sur certains personnages, les enjeux se corsent au fil des pages et j'ai hâte de voir comment Maddy va gérer la situation suite aux derniers évènements.

mercredi 7 août 2019

Alfa, tome 1 : Parish

Couverture Alfa, tome 1 : Parish 
Alfa, tome 1 : Parish
de Milly Taiden 
Editeur : Milady
Poche : 365 pages

La brillante scientifique Melinda Caster a découvert une nouvelle souche de virus qui développe l’intelligence animale bien au-delà des facultés humaines, allant jusqu’à leur donner des capacités presque surnaturelles. Lorsque son laboratoire est cambriolé et ses recherches mises en danger, l’A.L.F.A. dépêche l’agent Parish Hamel, un métamorphe jaguar, pour enquêter sur l’affaire. Mais l’importance de cette découverte est peu de chose comparée à celle que fait Parish : que celle qu’il doit protéger est son âme sœur…

  • Mon avis :
Mélinda, chercheuse scientifique travaillant en Ouganda, découvre un virus capable de donner des pouvoirs surnaturels aux animaux (télékinésie, préscience...). Parish est envoyé pour assurer sa sécurité en se faisant passer pour un scientifique s'intéressant à ses travaux. Notre héros est surpris de découvrir que Mélinda est en fait son âme soeur, et cela va compliquer sa mission.

J'ai commencé ma lecture de cet ouvrage avec un peu d'apréhension étant donné les mauvaises critiques. Toutefois, au début du roman, j'ai trouvé ça plutôt pas mal. De plus, j'ai bien aimé le concept de l'ALFA, une agence gouvernementale top secrète qui embauche des métamorphes pour des missions nécéssitant des capacités surnaturelles. Malheureusement, l'histoire est vite partie en cacahuètes !
J'ai eu l'impression que l'auteure voulait intégrer trop de styles différents dans son roman, trop d'aspects fantastiques : des démons, des métamorphes, des univers différents, des mythologies brouillonnes... Dans les sagas d'urban fantasy, ça se marie plutôt bien me direz-vous. Mais pour moi, Milly Taiden nous livre un roman brouillon qui manque de développement sur bon nombre d'aspects. On dirait un roman "fourre-tout", pour lequel elle n'a pas réussi à choisir une trame et un univers bien définis. 

Les deux personnages principaux manquent clairement de caractère et de consistance. Parish sonne horriblement creux, jusqu'à avoir l'air bête la moitié du temps, ce qui ne colle pas du tout avec la façon dont on nous le décrit dans le début du roman (un agent super entraîné, qui s'adapte à toutes les situations). C'est un amateur qui ne pense qu'avec ce qu'il a dans le pantalon la moitié du temps.
Quant à Mélinda, elle m'a davantage intéressée, au moins pendant une partie du récit. Une fois que l'intrigue part en sucette, elle devient aussi creuse que Parish... Au moins, on peut dire qu'ils vont bien ensemble ! Elle se met en danger pour rien, a des idées complètement saugrenues, et manque cruellement de bon sens.

En conclusion, je vais m'arrêter là pour cette nouvelle saga. Pour moi, l'intrigue sonne faux, les situations abracadabrantesques s'enchaînent, et l'auteure m'a perdue en cours de route. Pour tout vous dire, je n'ai pas lu l'extrait du tome 2 disponible à la fin de l'ouvrage !

mercredi 19 juin 2019

Redwood, tome 2 : Reed

Couverture Redwood, tome 2 : Reed 
Redwood, tome 2 : Reed
de Carrie Ann Ryan
Editeur : Milady
Poche : 384 pages

Retenu prisonnier par une meute rivale cruelle, Reed se bat pour garder espoir. Son instinct lui hurle que Hannah, la sorcière captive à ses côtés, est son âme sœur… Pourtant, quelque chose manque encore à leur lien. Au cours d’une tentative d’évasion désespérée, leur chemin croise celui de Josh, ex-militaire humain qui se voit précipité dans un monde surnaturel terrifiant. Le désir qui s’empare alors de chacun d’entre eux est aussi enivrant que dangereux. En plein territoire ennemi, Reed, Hannah et Josh n’ont d’autre choix que de se faire confiance, quelles qu’en soient les conséquences pour leurs cœurs…

  • Mon avis :
Je n'avais pas lu le résumé de ce deuxième tome avant de me lancer dans ma lecture, pensant que le roman serait dans le même ton que le premier, mais en mieux (après tout, le décor étant déjà planté...). J'aurai du le lire, car cela m'aurait évité d'y mettre le nez. En effet, je ne suis pas fan des triangles amoureux, et encore moins lorsqu'on se retrouve avec des scènes de fesse à n'en plus finir...

Malheureusement, rien ne m'a convaincue dans cet ouvrage. Dès les premiers chapitres, j'ai compris que j'allais m'ennuyer et lever les yeux au ciel toutes les cinq minutes. Déjà, la pseudo romance basée uniquement sur l'attraction physique des trois héros m'a rebutée. Si encore les trois protagonistes tombaient amoureux au fil des évènements... mais non ! Il a fallu que l'auteure les fasse tomber dans les bras (ou le lit) tout de suite, et de manière dérangeante. Par exemple, Josh se met directement à avoir une érection lorsqu'il trouve Reed et Hannah (alors qu'ils sont retenus prisonniers, blessés, et ont été torturés...).
En plus, l'intrigue ne m'a pas embarquée et je l'ai trouvée affreusement vide. On a l'impression que l'auteure assouvit un fantasme toutes les trois pages. Le peu d'action que l'on a est entrecoupé d'immenses longueurs (et je ne parle pas de l'anatomie de ces messieurs!), il y a très peu de moments intéressants.

L'ensemble des personnages, les "bons" comme les mauvais, sont trop caricaturaux. C'était déjà le cas dans le premier tome, et cela m'a sauté aux yeux encore plus dans ce deuxième opus. Les Redwood sont gentils et compréhensifs (carrément trop même!), tandis que leurs ennemis sont pervers et vulgaires. Les membres de la meute Reyes sont juste millimétrés du bulbe, il n'y a pas de demi teinte pour les rendre intéressants, pas de profondeur psychologique, c'est simplement le vide intersidéral dans leurs têtes...

En conclusion, je ne suis pas du tout la lectrice ciblée par ce genre de romans. Le livre est vide, avec une intrigue bancale, qui repose presque uniquement sur des scènes "olé olé". Ce n'est pas une saga bit-lit, mais plutôt de la romance érotique, le côté surnaturel servant juste de prétexte. Je vais passer mon chemin pour la suite de la saga.

Victoria

Victoria
de Daisy Goodwin
Editeur : Milady
Poche : 525 pages

Alors qu’elle vient d’avoir dix-huit ans, Alexandrina Victoria est sacrée reine de Grande-Bretagne et d’Irlande. Dès lors, la jeune souveraine surprend tout le monde : elle abandonne son prénom détesté pour adopter celui de Victoria, insiste pour avoir ses propres appartements et rencontrer ses ministres en tête à tête. L’un d’entre eux, lord Melbourne, devient très vite son secrétaire particulier. Il aurait peut-être pu devenir davantage… si tout le monde n’avait pas soutenu que la reine devait épouser son cousin, le taciturne prince Albert. Mais ce que Victoria ignore encore c’est qu’en amour comme en politique, il ne faut pas se fier aux apparences.

  • Mon avis :
La Reine Victoria est l'une des monarques britanniques les plus connues. Lors de mes études droit franco-anglo-américain à la faculté, j'ai eu l'occasion d'apprendre l'histoire de la Grande Bretagne et c'était passionnant. Victoria est une Reine qui m'a beaucoup marquée, donc lorsque j'ai vu ce livre à paraître, qui plus est écrit par une auteure avec une maîtrise d'histoire, j'ai tout de suite voulu le lire!

Le roman se concentre sur le tout début du règne de Victoria, couronnée à tout juste dix-huit ans, jusqu'au moment de sa demande en mariage. L'auteure retrace donc à peine trois ans de sa vie, mais cela m'a paru tellement riche! Je sais bien que l'auteure a romancé les faits, mais cela m'a tout de même paru "vrai" et "authentique", le tout étant également passionnant.

L'auteure nous dévoile les intrigues politiques qui se jouent en coulisse. Que ce soit à propos de la politique, ou à propos des machinations autour du début du règne de Victoria. Lorsque notre héroïne est couronnée, le Royaume-Uni était déjà une monarchie constitutionnelle (dans laquelle le souverain a assez peu de pouvoir politique). Mais derrière les portes closes, Victoria a essayé d'influencer les nominations ministérielles et les politiques gouvernementales. L'ensemble des faits reportés par Daisy Goodwin sont véridiques et je trouve que cela rend le récit encore plus prenant. Le livre parle aussi des premiers émois de Victoria, de ses relations familiales, et cela est aussi passionnant que le reste. 

Après ma lecture, j'ai cherché ici et là des extraits traduits du journal de la Reine, et je trouve que l'auteure a bien retranscrit son caractère. A travers ces écrits, on se fait une certaine image de Victoria et je pense que Daisy Goodwin a très bien "romancé" son personnage, et qu'il a l'air de bien coller à la réalité. Je me trompe peut-être, mais c'est ce que j'ai ressenti. Victoria n'est pas dépeinte comme une reine parfaite, elle a un bon fond et a le désir de bien faire. Toutefois, elle peut également être capricieuse et arrogante.

L'écriture de Daisy Goodwin est fluide et agréable. Je n'ai ressenti aucune sensation de lourdeur, comme cela peut l'être dans certains romans historiques. Au final, je n'ai pas senti les presque six cents pages passer et à la fin, j'avais envie que cela continue!

En conclusion, ces trois premières années de règne de la Reine Victoria ont été passionnantes à lire. Ses relations avec son entourage, les intrigues politiques, son apprentissage en tant que monarque, le cadre historique... absolument tout m'a plu ! Daisy Goodwin est également l'auteure du scénario de la série télévisée « Victoria » et une fois le roman refermé, j'ai tout de suite ajouté cette série à ma wish-list de visionnage !