mardi 19 mars 2019

28 jours

Couverture 28 jours
28 jours
de David Safier
Editeur : Pocket
Poche : 512 pages

Ghetto de Varsovie, 1942 : quand les jeunes prirent les armes.
Mira, seize ans, passe de la nourriture en fraude pour survivre dans le ghetto. Lorsqu'elle apprend que toute la population juive est condamnée, elle décide de rejoindre les combattants de la Résistance. Aux côtés de Daniel, Ben, Amos, et tous ces jeunes gens assoiffés de vivre, elle tiendra longtemps tête aux SS, bien plus longtemps que quiconque aurait pu l'imaginer. En tout, 28 jours. 28 jours pendant lesquels Mira connaîtra des moments de trahison, de détresse et de bonheur. 28 jours pendant lesquels elle devra décider à qui appartient son coeur. 28 jours pour vivre toute une vie. 28 jours pour écrire son histoire.
Fils de déportés juifs, David Safier revient sur la pire tragédie du xxe siècle en mêlant la petite à la grande histoire. Si l'auteur de comédies désopilantes a changé de registre, il n'a rien perdu de son ambition : confronter le lecteur aux grands questionnements de l'existence en l'arrachant au
confort de son quotidien. Avec ce roman d'initiation bouleversant et humaniste, basé sur des événements authentiques, c'est chose faite.

  • Mon avis :
« 28 jours » est un roman qui passionne et qui bouleverse. Il passionne grâce aux personnages mis en place par l'auteur et également grâce à sa plume. Il bouleverse parce que ces faits sont réels, parce que cette guerre était terrible.

C'est le genre de roman qui m'émeut de manière très particulière. Et même si ce genre de récit sur la seconde guerre mondiale est souvent dur à lire pour moi, je vais au bout de ma lecture, par respect envers ces gens qui ont vécu ces choses horribles, envers les personnes qui les ont aidés, et par extension, envers toutes ces personnes qui sont mortes durant cette période sombre de l'histoire.

L'auteur nous pousse aussi à la réflexion sur l'impact psychologique de cette guerre. Ce n'était pas forcément tout noir ou tout blanc pour l'ensemble des populations : les "collabo" (certains partagés entre leur humanité et leur envie de sauver leur famille), les allemands (il n'y avait pas que des "vilains nazis"), les polonais (qui détournaient leur regard du ghetto de Varsovie), et bien évidemment ces millions de juifs exterminés (entre 5 et 6 millions, soit 40% de la population juive mondiale) et les juifs qui ont décidé de se battre malgré leur peur et leur dégoût de tuer.

Au delà des aspects historique et psychologique du roman, l'auteur nous offre également une fresque de personnages principaux et secondaires très touchante et très bien travaillée.
Tout au long du récit, le personnage de Mira se demande quel humain veut-elle être. Elle obtient sa réponse au fur et à mesure des événements : Mira veut être celle qui protège ceux qu'elle aime, celle qui tient tête aux SS, celle qui veut mourir comme elle l'entend et non gazée, celle qui prend les armes.

« 28 jours » m'a certes bouleversée et souvent rendue triste, mais il m'a également passionnée et captivée grâce à l'histoire de Mira.

lundi 18 mars 2019

Quand soufflera le vent de l'aube

Couverture Quand soufflera le vent de l'aube 
Quand soufflera le vent de l'aube
de Emma Fraser
Editeur : Pocket
Poche : 608 pages

Au début du XXe siècle, sur l'île de Skye en Écosse, Isabel rencontre Jessie. Les deux adolescentes deviennent amies. Brutalement séparées, elles ne se retrouvent que des années plus tard sur le front de la Première Guerre mondiale. Chacune s'est battue pour réaliser son rêve, devenir médecin et infirmière. Mais un terrible secret les lie toujours.

  • Mon avis :
À travers le roman « Quand soufflera le vent de l'aube », Emma Fraser nous livre l'histoire de personnages extraordinaires, allant de la période précédent la Seconde Guerre Mondiale jusqu'à une année après (1903/1919).
▫️

Via les personnages de Jessie et Isabel (ainsi que d'autres personnages secondaires), l'auteure nous dépeint la condition des femmes, celles des pauvres à cette période, l'évolution de la médecine, et l'horreur de la guerre. L'intrigue nous tient en haleine jusqu'au bout. C'est un roman très intense, bourré d'émotions, qui prend aux tripes, qui nous attriste et nous passionne en même temps. C'est d'autant plus prenant et poignant que l'auteure s'inspire de faits et de personnages réels, et le tout est très bien documenté. Emma Fraser a été infirmière et cela se ressent, elle sait de quoi elle nous parle et donne une dimension affreusement réaliste à son récit.
▫️

Nous voyageons à travers le temps (en une quinzaine d'années) mais nous voyageons aussi à travers divers pays : en Ecosse, en France, en Serbie. Il est vrai que le roman ne se concentre pas sur les paysages mais certaines descriptions font rêver, surtout celles de l'île de Skye. Cet aspect contrebalance le côté "triste" du roman.
▫️

Les deux héroïnes principales sont très différentes, ne sont pas du même milieu social, n'ont pas le même caractère et vivent des épreuves différentes. Toutefois, Jessie et Isabel sont réunies par l'horreur de la guerre et sont toutes deux animées de la même passion. Ce sont des jeunes femmes courageuses, prêtes à tout pour aider leur prochain.

dimanche 17 mars 2019

Redwood, tome 1 : Jasper

Couverture Redwood, tome 1 : Jasper 
Redwood, tome 1 : Jasper
de Carrie Ann Ryan
Editeur : Milady
Poche : 271 pages

Depuis toujours, Jasper sert la meute Redwood en attendant de rencontrer son âme sœur. Lorsque son chemin croise celui de Willow, il sait qu’il a trouvé celle avec qui il partagera sa vie. Alors qu’une meute rivale rôde dans les alentours, se livrant à des cérémonies d’invocation démoniaque, Jasper parvient de justesse à tirer Willow de leurs griffes. Mais celle-ci se retrouve propulsée dans un nouveau monde terrifiant, tandis que le loup en lui se fait violence pour ne pas la revendiquer immédiatement. Luttant pour leur vie, ils devront apprendre à se faire confiance avant qu’il ne soit trop tard…

  • Mon avis :
Jasper craque pour Willow, une pâtissière chez laquelle il vient acheté des roulés à la cannelle pratiquement tous les jours. Lorsqu'il se décide enfin à lui proposer un rencard, cette dernière se fait enlever ma un meute rivale, aux membres particulièrment mauvais. Jasper fera tout pour sauver Willow.

L'histoire de ce premier opus est assez sommaire. Cela ne me gêne pas forcément habituellement, car je sais qu'il n'est pas aisé de se démarquer dans le domaine de la bit lit, pas mal d'auteurs ayant porté leur pierre à l'édifice. Toutefois, l'intrigue de Carrie Ann Ryan m'a un peu déçue, dans le sens où tout manque de profondeur, que ce soit au niveau de l'histoire, de l'univers, des personnages ou des relations qu'ils entretiennent.
La relation entre Jasper et Willow va beaucoup trop vite. Même s'ils se retrouvent dans une promiscuité qu'ils n'ont pas tout à fait choisie, l'auteure aurait pu faire évoluer un peu plus normalement leur relation, car cela décrédibilise leur "couple".
L'ensemble des personnages, les bons comme les mauvais, sont trop caricaturaux. Les Redwood sont gentils et compréhensifs, tandis que leurs opposants sont pervers et vulgaires. En clair, les membres de la meute Reyes sont juste bêtes à manger du foin, il n'y a pas de demi teinte pour les rendre intéressants, pas de profondeur psychologique, c'est simplement le vide interstellaire dans leur boîte crânienne... Et que dire de leurs motivations peu crédibles ?
Quant aux Redwood, même si on s'attache vite à eux, j'ai un peu tiqué sur le fait qu'on nous les présente limite comme sans défauts. Là encore, un peu de demi teinte ou de complexité n'aurai pas fait de mal. 
En conclusion, ce premier tome n'a certes pas été à la hauteur de mes attentes, cependant, je suis prête à donner une seconde chance à la série de Carrie Ann Ryan car maintenant que le décor est planté, peut-être qu'elle réussira à me passionner dans son deuxième tome. Rendez-vous donc au mois de mai pour la suite des aventures de la meute Redwood.

lundi 11 mars 2019

La Vie rêvée de Margaret

Couverture La Vie rêvée de Margaret 
La Vie rêvée de Margaret
de Katherine Center 
Editeur : Milady
Broché : 480 pages

Margaret est sur le point d’entamer le brillant avenir pour lequel elle s’est donné tant de mal : un job de rêve, un fiancé qu’elle adore, et la promesse d’une vie parfaite. Puis soudain, son rêve s’effondre. Hospitalisée, Margaret doit affronter l’impensable et se faire une raison : rien ne sera plus jamais pareil. Face à l’adversité, Margaret découvre que la vie n’a pas dit son dernier mot. Parfois, la dernière chose qu’on souhaite est précisément celle dont on a besoin. Parfois, on espère que quelqu’un sera là pour nous rattraper avant la chute. Et parfois, on trouve l’amour là où on l’attend le moins.

  • Mon avis
Margaret à toujours eu peur de l'avion. Une peur viscérale, qui n'a jamais faiblie, même après un premier voyage qui s'est bien passé en compagnie de sa famille lorsqu'elle était adolescente. Et un jour, c'est l'horreur. Margaret a vraiment un accident d'avion et se retrouve brûlée et paralysée. Elle a perdu sa vie de rêve. Son fiancé Chip sera-t-il à la hauteur ? Ses parents sauront-ils l'épauler comme il se doit ? Margaret va-t-elle retrouver goût à la vie, tout simplement ?

La vie toute tracée (ou presque) de Margaret va voler en éclats. Notre héroïne devra réapprendre à vivre, se battre pour s'en sortir et trouver une nouvelle voie. Certaines ficelles de l'intrigue sont assez évidentes, mais cela ne m'a pas gênée.

L'espoir et le bonheur sont bien présents dans ce roman. Certains passages de la vie de notre héroïne sont durs à lire, mais on a tellement envie qu'elle s'en sorte qu'on tourne les pages avidement, en quête de jours meilleurs. De jolis moments parsèment le récit et ce livre nous apparaît au final comme une véritable leçon de vie.

Je me suis très vite attachée à Margaret. Elle passe par tout un tas d'émotions au fil des événements, et en tant que lectrice je me suis laissée emporter par ces émotions à mon tour. Margaret est une jeune femme courageuse et déterminée, mais également faillible. Son humanité et ses faiblesses ne la rendent que plus attachante.

Certains personnages secondaires ont vraiment des réactions détestables, comme Chip ou la mère de Margaret, et son terriblement maladroits. J'avoue avoir eu envie de les baffer, lol. Mais d'un côté, cette complexité des personnages m'a charmée.
Quant au père de Margaret, je l'ai trouvé adorable bien que trop effacé par moments. J'ai également bien aimé la sœur de l'héroïne ainsi que Ian son kinésithérapeute.

Pour conclure, ce roman a été un véritable coup de cœur. C'est une histoire riche en émotions et pleine d'espoir et de positivité, malgré les moments difficiles que l'héroïne traverse.

Citation :
« Plus que tout le reste, je sais que vous devez juste choisir de tirer le meilleur parti des choses. Vous n'avez qu'une vie, et elle va seulement en marche avant. Et il existe vraiment toutes sortes de fins heureuses. »

vendredi 1 mars 2019

IMM du mois de Février 2019


Voici mes achats et mes réceptions du mois de Février !
Ce mois-ci j'ai été sage, du coup pour un fois, ma PAL a un peu baissé grâce à mes lectures !
Ma PAL atteint aujourd'hui les 442 livres (j'étais à 443 romans le 31 janvier). 



Couverture Sur les ailes de la chanceCouverture Le monde de Meg Corbyn, tome 1 : Lac argentCouverture Rebecca Kean, tome 3 : Potion macabre
Couverture Pure Corruption, tome 2 : Crime et expiationCouverture Redwood, tome 1 : Jasper

mardi 12 février 2019

Les joyaux de la discorde

Couverture Les joyaux de la discorde 
Les joyaux de la discorde
de Madeline Hunter 
Editeur : J'ai lu
Collection : Aventures et passions
Poche : 307 pages

De retour à Londres après une absence de cinq ans, Adam Penrose, duc de Stratton, est décidé à se marier. Et pourquoi pas avec la petite-fille de sa voisine qui, après des années de brouille, lui propose d'enterrer la hache de guerre entre leurs deux familles ? D'emblée, Adam est conquis par la fougueuse Clara. Mais on le met en garde : elle a un caractère de harpie et sa fortune personnelle lui permet de vivre dans une scandaleuse indépendance. D'ailleurs, elle refuse catégoriquement l'idée du mariage.
Comment séduire cette rebelle ? Adam a sa petite idée. Et, ensemble, ils vont enfreindre une à une toutes les convenances...
 
  • Mon avis :
1822, Angleterre. Adam Penrose, le duc de Stratton, revient à Londres cinq ans après la mort de son père, dans l'idée de se venger. La comtesse douairière de Marwood convoque Adam pour discuter. Leurs familles son ennemies depuis des décennies. La comtesse lui propose d'épouser la petite sœur de son petit-fils, Emilia, pour enterrer la hache de guerre entre les deux familles. Mais Adam n'est pas intéressé et lui  préfère Clara, la demi-sœur du comte de Marwood, qui elle n'est pas tentée par l'idée du mariage...

Adam se doutait que Clara refuserait, mais cette cour lui permet donc d'enquêter discrètement sur la famille. En effet, il est persuadé que les Marwood ont quelque chose à voir avec la mort de son père, et en sont même responsables. L'enquête menée par Adam et intrigante même s'il est vrai qu'elle est résolue un peu trop vite à mon goût à la fin du récit.

J'ai beaucoup aimé les deux personnages principaux. Clara est une héroïne avec du caractère tandis qu'Adam est un homme profondément loyal.
Clara est une jeune femme téméraire, sûre d'elle. Elle est également éditrice anonyme du journal "Parnassus" avec son amie Althéa, veuve d'un officier de l'armée. Pour la majorité des gentlemen Clara a un esprit trop vif, mais pour Adam c'est parfait, il la trouve brillante. Clara ne veut pas renoncer à son indépendance ni à ses revenus en épousant un homme.
Quant à Adam, il a la réputation d'être "colérique" et de provoquer en duel n'importe qui, pour n'importe quel motif. Il est français par sa mère, et cela n'aide pas les Anglais à le voir sous un bon jour. Toutefois, sa volonté d'honorer la mémoire de son père et de défendre sa réputation, nous le rend tout de suite très sympathique.

Leurs sentiments prennent place doucement, étant donné qu'ils sont des étrangers l'un pour l'autre au début de l'histoire, et que leurs familles sont ennemies. La plume de Madeline Hunter tisse subtilement les liens entre nos deux héros.

Pour conclure, "Les joyaux de la discorde" a été une lecture très agréable. J'ai passé un bon moment au près de Clara et Adam, qui forment un duo dynamique, et l'intrigue est vraiment prenante. Je me laisserais tenter volontiers par d'autres roman de l'auteure.