vendredi 13 janvier 2012

Alkemilla

Alkemilla, de Nicole Charles
chez les éditions Persée.

Aurore découvre, sur l’orgue de parfumeur de son grand-père, une petite fiole inconnue… L’attirance est trop forte?! La jeune fille se retrouve transportée sur une planète à hautes connaissances magiques et truffée de « trous de vers ».
Une mission périlleuse programmée par des prophéties lui fait rencontrer une licorne, des abeilles impertinentes, une dragonne rimailleuse, des chevaliers, des gardiens des sens, des enfants aux yeux violets et un grand maître magicien?!
Jamais elle n’aurait imaginé cette fabuleuse aventure avant de dénicher cette fiole enchantée?!



  • Mon avis :
- Le grand père d'Aurore a un orgue de parfumeur. La petite fille a toujours été attirée par le travail de son Papini et cède à la curiosité. Elle se retrouve aspirée dans un monde enchanté, Candéla, via cette aspirafiole.
Aurore va découvrir qu'elle et sa famille sont liés à ce monde, et que notre planète terre appelée Doparen (anagramme de Pandore) est très proche de Candéla et sa féérie. Le mal ronge Doparen, à cause de Fuligo un alf noir et une prophétie mettant en scène des enfants aux yeux violets est sur le point d'anéantir les projets de cet être maléfique. Bien sûr, Fuligo ne va pas se laisser faire...

- L'auteur, Nicole Charles, a su créer une histoire originale et un univers bien particulier. Elle revisite de façon géniale la naissance et la création de notre monde, ainsi que le mythe de la boîte de Pandore.
L'histoire est assez recherchée et il y a également de jolies pointes d'humour. Le bestiaire de créatures magiques est impressionnant, il en a pour tous les goûts. On rencontre des licornes, des dragons, des chats capables de se transformer, des magiciens, des nains...
Diverses parties du récit m'ont rappelé quelques références connues de la littérature fantastique/fantasy ou des dessins animés. En effet, pour la cérémonie de l'aq-îb j'ai pensé à Frère des ours, la découverte des baguettes et le concours m'ont fait penser à Harry Potter.

- Cependant, l'imagination débordante de l'auteure et l'humour n'ont pas réussi à contrecarrer le poids des quelques points négatifs que j'ai pu soulever durant ma lecture.

- Tout d'abord, j'ai trouvé que certaines phrases paraissaient assez mal construites ou avaient un soucis de syntaxe (ou tous cas, moi ça m'a gênée). Cela a ralentit sérieusement ma compréhension du récit, c'est dommage. Par ailleurs, il y a des problèmes de mise en page : les dialogues et passages narratifs se retrouvent mélangés, si bien que j'ai été obligée de me concentrer tout le long de ma lecture et j'avoue que c'est assez fatiguant :(
La multitude des personnages fait que l'on n'arrive pas à s'attacher à eux. Pas même Aurore, qui est pourtant le personnage central du récit. Elle est mignonne et touchante, mais les autres prennent trop de place. Malheureusement c'est souvent le cas dans pas mal de livre fantasy/fantastique.

- Pour conclure, mon avis est en demi teinte. L'univers de l'auteur était riche et très plaisant, mais c'est dommage que les éléments négatifs soient si nombreux (pour moi), car le livre avait beaucoup de potentiel.

- Je remercie les éditions Persée pour la découverte de cette auteure et son monde féérique.



  • Challenges :
"New PAL 2012" : 2 livres lus / 40


Challenge Jeunesse / Young Adult : 21 livres lus / 24
Image hébergée par servimg.com

8 commentaires:

  1. Je ne connais pas du tout mais la couverture est vraiment belle !!!

    RépondreSupprimer
  2. Je trouve ce commentaire largement exagéré! Ce livre est tout simplement magique! Histoire originale, recherchée, avec beaucoup de culture... Aurore n'est pas le seul personnage central du livre, les 4 autres enfants font partie de l'histoire aussi... Ils représentent les 5 sens... Et je pense que justement c'est la multitude des personnages qui en font sa richesse!
    Si vous aimez ce genre de lecture, allez y foncez, vous ne serez pas déçu...

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour "Anonyme" !
    Il s'agit bien sûr de mon ressenti, de mon propre avis sur ma lecture. Tout le monde ne peut pas avoir le même avis sur un même livre ;)

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Noémie, Je m'appelle Nicole, j'ai 65 ans, et je suis également une dévoreuse de livre (plus ou moins 15 par mois).
    Tous les livres. Aussi bien Proust, Madame Desroches Noblecourt, Marc Levy, que J.K.Rowling, Isaac Asimov, James Barrie, Terry Pratchett (loufoque, burlesque, j'adore).
    Que voulez-vous les écrivains doivent nourrir leur imagination. J'ai été agréablement surprise par la clarté de votre résumé.
    En effet, Doparen ressemble à notre terre et Candela la planète lumineuse est, ce que notre terre aurait pu être sans la bêtise de ses habitants. Bien vu.
    "J'habite un paradis raté, c'est bien pire qu'un enfer". Aimé Césaire.
    Comme je suis plutôt farfelue (dixit la jeune femme qui transcrit mon livre sur ordinateur) et de bonne humeur, celle-ci transparait évidemment dans mon livre. Je ne connais pas Frère des Ours, pouvez-vous me donner la référence de cet ouvrage.
    Je ne me souviens pas d'un concours de peinture magique dans Harry Potter.
    C'est décidé. Je vais les relire. HI, hi, hi, nous avons les même lectures. Je vous donne un scoop. Pardon, parlons français. Une information exclusive. La cérémonie de l'âq-ib provient d'un voyage en Égypte, et de mon initiation à l'écriture sacrée des pharaons.
    Le hiéroglyphe bilitère âq-ib signifie ami intime.
    âq = entrer
    ib = coeur
    Un être cher entre dans le coeur.

    Quant à la syntaxe qui vous dérangeait, la tradition est d'affirmer que le français suit l'ordre logique des mots : sujet + verbe + complément ou attribut.
    Cet ordre (si cher à Rivarol) est bien souvent bousculé par les écrivains. De nombreux grammairiens sont de nos jours moins arbitraires. Cela s'appelle actuellement l'ordre affectif ou esthétique.
    Il peut arriver qu'un syntagme nuise à la vitesse de lecture. Si cela a été un frein à votre vitesse de lecture, excusez-moi. J'en parlerai à ma correctrice, qui est professeure de français, écrivaine et poétesse (sociétaire de la Société des Poètes français). J'en parlerai également à la critique littéraire qui a eu la gentillesse de ma lire, ce genre de lecture "fantastique, science-fiction" n'étant pas le sien.

    Le mélange dialogue et narration est normal dans un roman. Celui-ci n'est ni une conversation, ni un exposé d'une suite de faits.

    Ce genre littéraire, épopée chevaleresque ou galactique, comporte très souvent de nombreux personnages, pour preuves :
    HARRY POTTER : 3 héros + les amis des héros + la famille des héros + une vingtaine de professeurs + les élèves de Poudlard + les ministres + tous les méchants = une centaine de personnages.
    LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, Tolkien, le Maître du genre : 2 héros + les trois hobbits + les compagnons de l'anneau + les elfes + les magiciens + les trolls + les méchants = beaucoup de personnages.
    LES CHRONIQUES DE DRAGONLANCE : Des dragons, des dragons, des dragons, des fées, des elfes, des sorciers etc... fabuleux.
    LES CHEVALIERS D’ÉMERAUDE, 12 tomes, Anne Robillard bat tous les records. Il y a plus de 90 chevaliers + les Dieux + les rois e reines des royaumes d'Enkidiev + les ennemis = la parution de l'encyclopédie Enkidiev (j'adore).
    Heureusement ma mémoire est excellente.

    Maintenant, puis-je vous demander une petite faveur. Je suis à la recherche d'une lectrice qui lirait le premier "jet" du deuxième tome d'Alkemilla. Mon entourage est plutôt classique. Pouvez-vous m'aider ? J'habite dans le Var. Merci beaucoup.

    Nicole Charles

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Nicole.
    Merci beaucoup pour votre commentaire, cela me touche beaucoup que vous ayez pris le temps de m'écrire ici.

    "Frère des ours" est un dessin animé de chez Disney. Au début du film, le héros reçoit son "totem" qui le guidera pour la vie. Pour lui il s'agit de l'ours de l'amour. Dans son aventure il finira par lui même se transformer en ours, afin de mieux les comprendre. La cérémonie de l'âq-ib m'a un peu fait penser à ce passage, où le héros comprend son "animal intérieur".

    Concernant Harry Potter, je pensais surtout au passage où les héros découvrent leur baguette. C'est elle qui les choisi. C'était juste ce tout petit point dans votre roman (le choix de la baguette) qui m'a fait penser à Harry Potter (que j'aime beaucoup).

    Concernant le mélange dialogue/roman, je pensais qu'il s'agissait d'un soucis de mise en page dans le livre. J'aimerais pouvoir vous donner un exemple pour mieux faire comprendre ce que j'ai voulu dire. Un tiret annonce le début d'un dialogue, puis l'on revient à la ligne avec un alinéa, et on s'attend à un passage narratif et en fait c'est la suite du dialogue.

    Lorsque je parlais de soucis de syntaxe, je ne critiquais en aucun cas votre travail ou le travail de votre correctrice, qui visiblement a d'excellentes références (rires). Là aussi, j'ai dû mal m'exprimer. Il y a juste eu certaines phrases qui m'ont paru "bizarres" à la lecture.

    Je vous propose de nous contacter par e-mail, plutôt que par commentaires interposés. Si vous le désirez, voici mon adresse : petit-lips@live.fr

    Bonne journée à vous,
    Noémie.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,
    Je trouve intéressant de constater à quel point les avis sur les différentes lectures sont subjectifs.
    Personnellement, j'ai adoré!
    Je connais même un petit garçon de 11 ans qui le dévore...
    Belle journée,
    Brigitte

    RépondreSupprimer
  7. Malgré les quelques points négatifs que tu relèves, tu me donnes envie de découvrir ce livre et cette auteure (surtout quand une auteure est abordable comme ça et vient répondre en commentaire !). Je pensais le demander en partenariat ce soir sur LA mais je n'ai pas été assez rapide :P En tout cas merci pour l'avis !

    RépondreSupprimer
  8. Oui, tu as raison, on a un avis similaire! Moi aussi, j'avais vu la ressemblance HP, mais je ne crois pas en avoir parlé dans ma chronique. À bientôt sur d'autres lectures!

    RépondreSupprimer