samedi 2 juillet 2016

Le garçon d'en face

Couverture Melissa et son voisin / Le garçon d'en face
Le garçon d'en face
de Meg Cabot
Editeur : Le livre de poche
Poche : 448 pages
Prix : 7.90 €

Célibataire, Melissa tient la rubrique des potins d'un quotidien new-yorkais. Lorsque sa voisine de palier est agressée et se retrouve à l'hôpital, Melissa lui propose de veiller sur son trois-pièces et sur son danois. Vite débordée par l'animal, elle appelle à la rescousse le neveu de sa voisine qui promet d'occuper l'appartement. Mais celui-ci se fait remplacer par un ami, un jeune homme qui tient la rubrique "people" du quotidien concurrent. Entre Melissa et son voisin, la guerre est déclarée...

  • Mon avis :
Melissa, vingt-sept ans, est journaliste people pour le New York Journal. Lorsque sa voisine de palier de quatre-vingts ans se retrouve à l'hôpital dans le coma suite à une agression, notre héroïne décide de prendre soin des animaux de la vieille dame (et de mener l'enquête). Toutefois, les animaux lui prennent beaucoup de temps et Melissa accumule les retards au travail. Elle se décide à prendre contact avec le neveu de sa voisine pour qu'il vienne prendre le relais. Max Friedland, un photographe de mode imbu de lui-même, lui assure qu'il va venir. A sa place, il envoie un ancien coloc' de fac pour se faire passer pour lui : John, journaliste d'investigations dans un journal concurrent. Presque tout de suite, le courant passe entre Melissa et Max (enfin, John) et le jeune homme se sent de plus en plus mal de mentir à notre héroïne...

« Le garçon d'en face » est un roman léger, idéal pour l'été et se détendre. Le tout est assez prévisible, ce n'est pas une histoire à suspense. Mais dans le fond, ce n'est pas le plus important lorsque l'on lit ce genre de bouquin.
La narration est assez particulière, puisqu'il s'agit d'échanges de mails tout au long du roman. On assiste aux discussions de Melissa mais pas seulement. Nous lisons aussi la correspondance de ses collègues, ses parents, celle de John et ses proches, celle de Max et sa petite amie Vivica. Bref, tout une tas de personnages entre en scène.
Il est vrai que je regrette un peu que l'on n'ai pas une seule narration "normale" au sein du roman. Faire le lien entre les mails aurait pu permettre de donner un peu plus de consistance et un peu plus de détails à l'histoire. Au final, cet enchaînement de mails, ça fait un peu impersonnel. Je pense que c'est également pour cela que je n'ai pas vraiment ressenti d'émotion pendant ma lecture. Je n'ai pas été spécialement touchée par Melissa et John, ou en tous cas pas autant que je l'aurais voulu et c'est dommage. 

Certains personnages sont attachants (les parents de Melissa, la grand-mère de John), et d'autres sont drôles (le frère et la belle-soeur de John, Nadine la meilleure amie de Melissa). Quant à Max Friedland, le peu que je l'ai vu (ou plutôt, que je l'ai lu) je l'ai détesté. Au début, c'était pareil pour Vivica, mais j'ai fini par la trouver attendrissante.
Qu'on les déteste ou qu'on les aime, tous les personnages du roman apportent une pierre à l'édifice. Ils ont tous leur place et prennent chacun une petite part de l'intrigue. C'était assez drôle de lire comment tout le monde au bureau se mêle de la vie de Melissa. Tous ses collègues (même les moins proches) mettent leur grain de sel.

En conclusion, « Le garçon d'en face » est une lecture sympathique pour l'été. Sans prise de tête, avec de l'humour et des personnages à la fois drôles et attachants. C'est une bonne recette pour passer un bon moment détente.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire