jeudi 24 novembre 2011

Les jeunes filles et la mort

Les jeunes filles et la mort
de
Michael Genelin
chez les éditions Marabout (ici)

En plein coeur de l'hiver, sur une autoroute verglacée de Slovaquie, un minibus achève de flamber... Six jeunes femmes ont péri dans l'accident. Le commandant Jana Matinova, appelée sur les lieux, reconnaît l'une d'entre elles, devenue prostituée à Bratislava Mais ce qui paraît une affaire banale est en réalité le point de départ d'une enquête qui va mener Jana dans les méandres terrifiants du trafic d'êtres humains, aux quatre coins de l'Europe de Kiev à Strasbourg en passant par Nice et Vienne à la recherche d'un tueur impitoyable, lui-même déterminé à retrouver une jeune et belle russe qu'il veut éliminer.


  • Mon avis :
- J'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire et à terminer cette lecture. Non pas que le livre m'ait déçu, mais il manquait un petit quelque chose pour donner envie d'avancer.
Dans Les jeunes filles et la mort, on évolue dans un contexte politique particulier, dans une Slovaquie encore fragile de ce qu'elle a vécu avec le communisme. C'est la première fois que je lis un livre dont l'histoire se déroule en partie en Europe de l'Est.
Malheureusement l'enquête reste assez superflue et n'est pas assez fluide. En fait, j'ai été plus intéressée par les chapitres concernant le passé de Jana, plutôt que par le côté policier du livre.

- A vrai dire, je m'attendais à un roman très sombre et au suspens haletant. Ce qui est légitime lorsque l'on lit la quatrième de couverture. En effet on nous annonce une enquête "dans les méandres terrifiants du trafic d'êtres humains". Trafic qui passe largement au second plan dans ce livre. De plus, tout s'emboîte un peu trop facilement et on se retrouve baladé dans tel ou tel lieu sans pour autant comprendre pourquoi Jana prend cette direction.

- Si au départ Jana m'a paru être un personnage principal assez froid, trop sûre d'elle et à la limite de l'arrogance ; les chapitres concernant son passé ont changé mon ressenti. C'est une femme mûre, intègre et qui a beaucoup souffert (et qui souffre encore). Au fil des pages j'ai appris à l'apprécier.
J'ai beaucoup apprécié le personnage de Trokan, le supérieur de Jana. Il apporte un peu d'humour et de douceur dans ce livre.
Le reste des personnages rencontrés m'a laissée assez indifférente (je pense à Moira, Mikhail...).

- La plume de l'auteur est fluide et le récit est très aéré : des petits chapitres, des paragraphes, des alinéas... J'adore ce genre de mise en page, ça permet de lire plus vite et de moins se concentrer sur une page pleine de petits caractères (et ainsi, mieux profiter de la lecture). De plus, le fait d'alterner entre l'enquête présente et le passé de Jana ne fait qu'accentuer le rythme du récit.

- Pour conclure, j'ai apprécié ma lecture, mais je suis assez loin du coup de coeur. Je m'attendais à autre chose en fait. Je remercie les éditions Marabout pour cette découverte.


1 commentaire:

  1. c'est vrai que la présentation de l'éditeur met l'eau à la bouche. mais après avoir lu ta critique, je suis septique à lire ce livre maintenant...

    RépondreSupprimer