mardi 31 janvier 2012

Mon maître Ulysse

Mon maître Ulysse (E.Balt)
chez les éditions Persée.

À travers le récit d’Eumée, nous rencontrons tous les personnages homériques pour mieux comprendre leur rôle dans l’Iliade et l’Odyssée. Mais surtout, ce livre plein d’éléments autobiographiques offre l’occasion à son auteur, après des années d’étude approfondie des textes homériques, d’avancer ses arguments concernant le vrai temps d’écriture des épopées d’Homère, arguments qui sont en opposition avec ce qui est considéré comme valable jusqu’à maintenant.



  • Mon avis :
- Vangélis est un adolescent passionné par les histoires d'Ulysse qu'il a lues dans l'Illiade et l'Odyssée. Un livre qui lui est cher, puisque sa mère lui a donné avant sa mort. Au fil des années il fini par vouer un vrai culte à ces histoires. Son rêve le plus cher est de se rendre à Ithaque, mais son père refuse. Vangélis décide de s'y rendre seul, et est victime d'un accident de moto. Il n'est pas cliniquement mort, mais reste dans le coma. Son esprit est accueilli par Eumée en attendant que Zeus prenne sa décision. En effet, Vangélis n'est pas assez mauvais pour aller aux Enfers, mais n'est pas non plus assez bon pour aller au Paradis.

- Deux "univers" se côtoient dans ce livre. Nous suivons bien sûr Vangélis et Eumée qui discutent, mais également ce qui se passe à l'hôpital. Les parties romancées sont assez rares, et Eumée fait bien souvent des monologues, plutôt qu'un vrai dialogue avec Vangélis.
Je m'attendais à un roman sur la vie d'Ulysse et les évènements de l'Illiade et l'Odyssée, plutôt qu'un livre sur la manière dont Ulysse a fait écrire ces textes.

- En effet, à travers Eumée, (le serviteur d'Ulysse), l'auteur nous présente sa version de l'Illiade et l'Odyssée. Cette réécriture des textes homériques est certes très intéressante, mais trop lourde, et trop scolaire à mon goût. Ceci à cause de plusieurs facteurs : certaines références très précises, certains passages en grec ancien... Tout cela alourdit le récit et c'est dommage.
Au final, cet ouvrage permet surtout à l'auteur de présenter son argumentation. Il veut nous démontrer que l'Illiade et l'Odyssée ont été écrits et non contés oralement. Pour E.Balt, ces textes ont été écrits par Circé et Calypso, à la demande d'Ulysse, au moment où les évènements se sont produits. Homère n'est que la personne qui les a chantés et présentés au public finalement.
J'ai également tiqué sur quelques phrases, quelques libertés prises par l'auteur. Eumée parle de « potes » d'Ulysse, Circé utilise l'expression « Ne te fais pas de bile », Ulysse parle des textes homériques comme un « best-seller », Calypso dit à Ulysse « Nous écrivons l'Odyssée et non pas le love-boat » (p. 112). Je dois avouer que ça m'a fait un effet bizarre dans un livre aussi sérieux et aussi ... universitaire. C'est comme si on nous présentait une pièce de Molière en argot.

- Pour conclure, mon avis est en demi teinte. Ce livre a beaucoup de qualités mais je n'ai pas été aussi enchantée que je l'aurais voulu. J'ai adoré l'histoire de Vangélis, l'explication du début de la guerre de Troie, l'anecdote du cheval, la rencontre de Circée ... Cependant ces moments sont trop rares. L'inventaire, (dans la seconde moitié du livre) et le style majoritairement scolaire de l'auteur ne m'ont pas vraiment passionnée.


Visitez le site des éditions Persée et leur page Facebook.


  • Challenge :
"New PAL 2012" : 5 livres lus / 40

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire