mercredi 29 février 2012

Le journal infirme de Clara Muller

Le journal infirme de Clara Muller, de Karim Madani
chez les éditions Sarbacane / collection Exprim'

Mon nom : Clara Muller. Ma ville, Paris en 2015 – capitale coupée en deux, Ville Haute et Ville Basse. Mon univers, les quartiers chics de la Ville Haute.
Au lycée, ils passent leurs journées à m’insulter. M’appellent FFO, Fille Frappée d’Opprobre. Tout ça parce que je suis née in vitro, grâce à un logiciel de procréation.
Mes séquelles : affectation de la structure psychique – chaque nuit, je me balade dans la Ville Basse via une connexion au Vortex Urbain.

C’est comme ça que j’ai rencontré le Vengeur Toxique, un super-héros cabossé et super mignon. Personne ne me croit, à part Karine, une FFO, comme moi.
Et amoureuse d’un de ces CP (Connards Populaires) qui nous mènent la vie dure. Sûr que cette histoire va mal finir : quand vous lirez ce Journal Infirme, je serai morte…


  • Mon avis :
- Clara Muller a 16 ans et vit en 2015, dans un Paris futuriste scindé en deux. D'un côté la Ville Haute « shootée au fric et à l'ennui » et la Ville Basse « rongée par le crime et la came ». Clara vit dans la Ville Haute, mais n'y trouve pas sa place. Chaque nuit, le cerveau de Clara se connecte à la Ville Basse, et au Vengeur Toxique.

- Le moins que l'on puisse dire, c'est que Le journal infirme de Clara Muller est hors du commun.
Le ton est donné dès le départ « Quand vous lirez ce journal infirme, je serai morte ». A travers toute la lecture nous allons donc découvrir ce qui va amener à la mort de Clara.
C'est un roman sombre, à l'ambiance glauque. Il s'en dégage une très grande souffrance, malgré quelques traits d'humour de Clara. Le final est tout simplement explosif.

- Clara est une jeune fille cynique, rejetée par les élèves populaires de son lycée, en rupture totale avec sa mère. Bref, c'est une adolescente qui souffre et qui, petit à petit, va devenir une vraie boule de haine.
Sarah Machin, fille populaire, suivie par tout ses toutous (Chris, Alex, Steven... et autres) mène la vie dure à Clara. Ils sont tous « à gerber » comme dirait notre héroïne.
Une nouvelle, Karin, va arriver au lycée. Elle vient de la Ville Basse et tout de suite elle va se lier d'amitié avec Clara. Au départ rejetées toutes les deux, Karin va finir par passer de l'autre côté. Si au départ j'ai apprécié le personnage de Karin, j'ai fini par changer d'avis une fois qu'elle lâche Clara.
J'aurai aimé en savoir plus sur le Vengeur Toxique. C'est un personnage très intéressant et qui aurait mérité d'être approfondi. Il en va de même pour les enfants nés « in vitro » et ayant des capacités particulières. C'est un point qui reste encore trop mystérieux à la fin.
D'autres personnages de la Ville Basse : Silo, Marvin... m'ont beaucoup plu.

- La forme du récit, un journal intime, est très bien exploitée. Avec des illustrations, des changements de style d'écriture, des extraits de pages internet, des tickets de ciné... Tout cela aide à apporter une certaine crédibilité au roman. De plus, ce format rend également la lecture très facile et rapide.
Le livre est écrit dans un langage cru, brut et vulgaire. Certes, c'est à l'image de Clara et de sa haine, mais je pense que certains mots ou expressions n'avaient pas forcément besoin d'être là pour faire passer le message au lecteur. Je pense surtout à certains dialogues entre les élèves populaires du lycée.

- En somme, Le journal infirme de Clara Muller est un roman très intéressant, mais qui est, à mon avis, à ne pas mettre entre toutes les mains !

- Vous pouvez lire les premières pages du livre par ici. Merci aux éditions Sarbacane de m'avoir proposé cette lecture percutante !


3 commentaires:

  1. Un roman qui me tente bien. Je l'ajoute à ma wishlist ^^

    RépondreSupprimer
  2. Je pense le lire bientôt histoire de voir ce que ça donne !

    RépondreSupprimer
  3. Je dois le lire bientôt aussi & à voir ton avis il me tarde !

    RépondreSupprimer