dimanche 17 novembre 2013

C comme cadavre

Couverture C comme cadavre
C comme cadavre
de Preston et Child
Editeur : l'Archipel
Broché : 399 pages
Prix : 22 €

Après une première mission mouvementée (R pour revanche), Gideon Crew, à qui il ne reste plus qu'un an à vivre, n'aspire qu'à un peu de tranquillité. Mais l'EEC - cette officine travaillant en sous-main pour le gouvernement américain -, fait de nouveau appel à lui. Chalker, l'un de ses anciens collègues du laboratoire nucléaire de Los Alamos, est en proie à une crise de délire paranoïaque. Se croyant victime d'un complot d'État, il a pris une famille en otage. Gideon est dépêché sur place pour tenter de le raisonner, mais le forcené est abattu sous ses yeux par les forces spéciales... Les autorités découvrent alors que Chalker, qui s'était converti à l'islam, était irradié. Et l'on retrouve chez lui un calendrier indiquant qu'un attentat terroriste de grande ampleur aura lieu dans douze jours. Mais où ? Gideon, épaulé par un agent du FBI, a peu de temps pour déjouer l'attentat - et surtout très peu de pistes. Et sa mission se complique le jour où il est suspecté d'être le complice de Chalker...

  • Mon avis :
Gideon Crew travaille pour la société Effective Engineering Solution. Son patron lui demande d'aller parler à un de ses anciens collègues de Los Alamos (recherche sur le nucléaire), Ree Chalker, qui a pris toute une famille en otage. Ce dernier prétend avoir été irradié et manipulé par le gouvernement. La prise d'otages tourne au drame, Chalker est abattu. Les prémices de l'enquête révéleront que Chalker a bien été irradié, mais qu'il préparait un attentat terroriste. A cause de ses connaissances sur son ex collègues et sur le nucléaire, Gideon est invité à enquêter avec l'agent Stone Fordyce du FBI.

L'histoire avance à bon rythme et elle ne manque pas d'action. Toutefois, je trouve que l'intrigue est cousue de fil blanc, et elle ne m'a pas vraiment surprise ni convaincue. Exceptée la toute fin du livre, qui est assez surprenante, mais trop abracadabrante à mon goût. Certaines scènes sont irréalistes, où Gideon s'en sort trop facilement. J'avais d'ailleurs pensé la même chose pour l'autre saga des auteurs sur l'agent Pendergast. Je n'ai pas accroché à l'histoire, surtout à cause du postulat de départ. Le coup des terroristes islamistes, c'est du vu et revu.

En revanche, j'ai bien aimé le duo formé par Gideon et Fordyce, ainsi que leur amitié naissante. On ne connaît pas très bien Fordyce mais c'est un homme intègre, prêt à tout pour faire connaître la vérité. Quant à Gideon, c'est un héros pas ordinaire. Il traîne un lourd passé assez compliqué dans ses bagages (un père mort sous ses yeux, un passé de cambrioleur, une mère alcoolique...) et un avenir plus qu'incertain (on lui a diagnostiqué une maladie incurable).

En somme, je n'ai malheureusement pas accroché avec l'histoire autant que je l'aurais voulu. Toutefois, je ne peux pas dire que je me suis ennuyée car il y a pas mal d'action. De plus, j'ai aimé les personnages principaux et le duo qu'ils forment.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire