samedi 24 mars 2018

Phobos, tome 1

Couverture Phobos, tome 1 
Phobos, tome 1
de Victor Dixen
Editeur : France Loisirs
Broché : 429 pages

Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

  • Mon avis (en quelques mots)
Six filles et six garçons vont partir pour la planète Mars, lors d'une téléréalité organisée par la société Genesis. Serena McBee, la productrice exécutive du projet, est considérée comme une bonne fée par les filles du programme. Elle les a sélectionnées et les a sorties de leur misère. Les 12 candidats ont subit un an d'entraînement dans la Vallée de la Mort, aux Etats-Unis, ils parlent tous tous anglais et sont de différentes nationalités. En effet, ils ont été sélectionnés à travers le monde entier. Pendant les 23 semaines de voyage, les filles et les garçons sont séparés, ils auront juste des séances de speed dating.

Le récit alterne entre ce qui se passe devant les caméras, et ce qui se passe hors champ. D'ailleurs, en ce qui concerne les scènes hors caméras, nous suivons plusieurs histoires, toutes liées à Genesis, d'une façon ou d'une autre. Celle de Serena McBee, qui cache bien son jeu, ou encore celle d'Andrew Fisher, le fils de l'expert en communication de Genesis.

Léonore, notre héroïne, voit ça comme une nouvelle chance. Elle bossait dans une usine de bouffe pour chien et n'avait pas de projets particuliers pour l'avenir. Léo fait des cauchemars d'incendie depuis qu'elle est petite, mais elle ne se souvient pas de grand chose. Elle a une cicatrice dans le dos,  « la salamandre  » mais elle ne l'a dit à personne. Je ne suis pas une grande fan de Léonore, car elle a un caractère vraiment particulier. Pourtant, à cause de ce qu'elle vit pendant ce voyage, elle m'a touchée et j'ai aimé la suivre.

Cette téléréalité est un mix entre le Bachelor et Secret Story. Tout ce que je déteste ! Pourtant, Victor Dixen a réussi à maintenir mon intérêt éveillé, et ce jusqu'à la dernière page de son roman atypique. Pourtant,je n'aime pas les triangles amoureux, ni le culte de l'apparence et encore moins la téléréalité. Mais l'auteur a, à mon sens, beaucoup de bonnes idées et j'ai aimé l'intrigue qu'il nous présente.
J'ai également un petit regret au niveau de la narration. Étant donné que les filles sont séparées des garçons, on ne sait pas du tout ce qui se passe du côté des jeunes hommes et je trouve ça terriblement frustrant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire