jeudi 24 mai 2012

L'espionne de Tanger

L'espionne de Tanger, de Maria Duenas
chez les éditions [-Robert Laffont-]


Trahie par l'homme qu'elle aimait, Sira, vingt ans, se retrouve seule à Tétouan. La guerre civile ravage l'Espagne et elle ne peut rejoindre sa mère à Madrid. Sans argent, sans amis, elle ne doit sa survie qu'à son seul talent : la couture. Comment peut-elle imaginer qu'en montant un atelier de confection elle se prépare à une existence d'aventurière ? Quand la Seconde Guerre mondiale éclate, les riches expatriées retenues au Maroc par les hostilités affluent chez la jeune femme : elle seule sait recréer les derniers modèles de Paris. Sira conquiert ainsi ses entrées dans les plus grandes maisons, où se fomentent les alliances entre nazis et franquistes. Bientôt, elle est approchée par les services secrets britanniques. Pour eux, la couturière aux doigts d'or invente un très astucieux système de communication cryptée. Mais la guerre des espions n'est pas un jeu d'enfant. Envoyée à Tanger, à Madrid et à Lisbonne, Sira doit déjouer les pièges très sophistiqués d'ennemis aux manières policées, mais à la férocité bien réelle. 

  • Mon avis :
- Ce livre a été une excellente surprise ! Sira Quiroga quitte une Espagne instable lorsqu'elle a 20 ans. Elle part au Maroc, à Tétouan, avec l'homme qu'elle aime. Après quelques semaines de rêve, elle se retrouve dans une fâcheuse position : sans amis, sans argent et trahie par l'homme qu'elle aime. De fil en aiguille, son métier de couturière lui sauvera la vie autant qu'il va la mettre en danger.

- Grâce à la plume de Maria Duenas, j'ai été tenue en haleine jusqu'au bout. En effet, elle a su créer une histoire originale, riche et prenante ; avec des personnages auxquels on a envie de s'attacher.
Je pense que l'auteure a bien retranscrit l'ambiance pesante de l'époque. J'imagine que dans ce climat de guerre et d'insécurité, il était difficile de s'y retrouver au milieu des partisans de l'Axe et ceux des Alliés.
Dans « L'espionne de Tanger » nous voyons la Seconde Guerre Mondiale d'un nouvel œil L’Espagne, le Maroc et le Portugal n'ont pas eu la même façon d'aborder les problèmes connus à cette époque. 

- J'aurai souhaité que la partie consacrée à l'espionnage soit un peu plus conséquente. Néanmoins, l'intrigue n'en est pas moins passionnante. J'ai adoré "voyager" dans ces divers pays, découvrir le contexte espagnol et marocain avant la guerre, dans les années 1930. Les six cents pages du livre se dévorent très facilement, j'ai tout de suite été embarquée. 
 
- On assiste tout au long du récit à une véritable transformation du personnage principal. Sira, au départ jeune femme apeurée et un brin naïve ; deviendra une femme forte, indépendante et pleine de caractère. Au début du roman Sira est assez éloignée et peu concernée par la guerre (ou alors elle ne se rend pas compte de tout ce que cela implique à son échelle) mais finira par plonger les deux pieds dedans et ne pourra plus faire machine arrière.

- Parmi les personnages secondaires j'ai eu un coup de coeur pour Candelaria la contrebandière. C'est un personnage incroyable, avec beaucoup de culot et une philosophie de la vie assez particulière. Bien d'autres personnages peuplent la vie de Sira, et ils m'ont tous séduite : la fraîcheur de Rosalinda, la gentillesse de Félix, le mystérieux Marcus...

- « L'espionne de Tanger » est un roman que je vous recommande. Je comprends tout à fait son succès dans les autres pays. A mi chemin entre fiction et roman historique, tout est réuni pour passer un excellent moment.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire