mercredi 25 juillet 2012

L'heure des loups

L'heure des loups 
de Shane Stevens
[-Pocket-]

Paris, 1975. Un homme est découvert pendu à une corde à piano. Son nom : Dieter Bock, ancien capitaine de la Waffen SS. La thèse du suicide est rapidement abandonnée, et l’inspecteur Dreyfus, figure du Quai des Orfèvres, hérite de l’enquête. A son grand désespoir, celle-ci s’oriente vite vers le passé de l’ancien SS. Dreyfus a en effet perdu toute sa famille à Auschwitz, et pour rien au monde il ne souhaite affronter de nouveau le cauchemar nazi. Les pistes sont nombreuses et complexes, depuis une opération du Mossad jusqu’à l’implication de services secrets occidentaux qui auraient employé Dieter Bock après la guerre. Lorsque Dreyfus découvre que trois autres morts sont liées à son enquête, celles d’un banquier suisse, d’un industriel belge et d’un diplomate anglais, nous sommes à l’orée du premier d’une longue série de coups de théâtre. Toutes les apparences vont en effet s’avérer trompeuses et Dreyfus, en plein dilemme moral, devra venir à bout de ses démons, pour assembler toutes les pièces d’un incroyable puzzle.

  • Mon avis :
Dieter Bock, ancien commandant SS est retrouvé mort, pendu, le 6 avril 1975. L'inspecteur César Dreyfus écarte presque immédiatement le suicide et est persuadé qu'il s'agit d'un meurtre. Afin de savoir ce qu'il s'est réellement passé dans cet appartement, Dreyfus va devoir fouiller le passé de Dieter Bock. Il met alors les pieds dans un bazar incommensurable et s'oriente alors vers une enquête très complexe.

L'intrigue policière est dense, complexe, elle se perd en détails. A côté de cela nous nous retrouvons dans des complots politiques, dans l'espionnage et les trahisons multiples. Si bien que l'on se retrouve facilement perdu dans ce dédale. C'est vraiment dommage, car les cent premières pages sont très intéressantes, et posent les bases d'une intrigue policière qui promet d'être intense et originale.

Le personnage de César Dreyfus ne m'a pas convaincue. Je ne l'ai pas trouvé antipathique, mais je n'ai pas spécialement accroché non plus. C'est un homme assez banal, plutôt neutre sur le papier. J'ai eu du mal à suivre ses raisonnements, qui m'ont parus pas si logiques que ça.
La profusion des personnages (politiques, policiers, victimes...) empêche toute possibilité de s'attacher à l'un d'eux. La relation entre Dreyfus et Bock est certes intéressante, pas trop peu exploitée à mon goût.

En plus d'une histoire peu passionnante, l'écriture n'est pas vraiment fluide. Je n'ai pas adhéré à la plume de l'auteur et par conséquent j'ai vraiment eu du mal à terminer ce livre. C'est trop long, et j'ai fini par m'ennuyer ferme.

Livre lu pour :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire