vendredi 31 août 2012

La nuit du solstice

La Nuit du Solstice 
de L.J. Smith

Selon la légende, il y a bien longtemps, les passages reliant la Terre au Féérie Féerie ont été scellés, éloignant à jamais les humains de ce monde où les contes vivent encore. Seule la magicienne Morgana Shee détient le secret du dernier enchantement qui en ouvre les portes. On raconte que sa résidence est construite sur le dernier passage existant… La maison sur la colline est un lieu étrange. Irrésistiblement attirée par le mystère qui s’en dégage, Claudia implore sa grande sœur, Alys, ainsi que ses amis, les jumeaux Charles et Janie, de l’y accompagner. Là-bas, grâce à une formule obscure qui leur permet de traverser les miroirs, ils sont transportés dans un autre univers, le Féérie Féerie, où la magie règne. Un monde où la sorcière Morgana, gardienne des portes, a disparu. Or le solstice d’hiver approche, seul moment d’ouverture du dernier passage. Et maintenant que les portes ne sont plus gardées, le terrible mage noir Cadal prévoit de l’utiliser pour envahir et asservir les humains. Pour l’en empêcher, Claudia, Alys, Charles et Janie vont devoir libérer Morgana, retenue prisonnière par un sombre enchantement. Mais comment retrouver la sorcière protectrice dans ce monde aussi étranger qu’imprévisible? Trouver le passage ou se perdre à jamais…

  • Mon avis : 
L'univers créé par l'auteure est attirant, malheureusement L.J. Smith reste trop en surface, si bien que l'on n'a pas vraiment le loisir de découvrir toute cette magie. L'auteure énumère seulement les créatures qui peuplent ce monde, nous propose un bref aperçu de l'histoire de Faerie, et elle en reste là. C'est vraiment dommage.De plus, tout se déroule un peu trop facilement pour les enfants. Ils se retrouvent face à une menace très sérieuse (la disparition de notre planète sous quinze jours), mais je n'ai ressenti aucune urgence, aucun danger. Les épreuves s'enchaînent sans accrocs, ou presque.

Dans le second tome il ne se passe vraiment pas grand-chose, mais je l'ai largement préféré au premier. L'auteure revisite un peu les légendes arthuriennes et j'ai trouvé cela intéressant, même si elle reste toujours trop en surface.

Les protagonistes ont tous la même personnalité (surtout dans le premier tome). Il est assez déconcertant de se retrouver face à l'aînée de 15 ans, Alys, ayant le même style de réaction que sa petite soeur Claudia, âgée de 8 ans. Il en va de même pour Janie et Charles, les jumeaux collégiens. Cela s'améliore dans le second tome, on les sent un peu plus réfléchis et différents, mais ce n'est pas encore ça.

Certains personnages sont plus intéressants que les enfants, mais on les voit trop peu pour vraiment s'attacher à eux. Je pense à Elwyn, la fée aux Cheveux d'Argent un peu fofolle, et à la Renarde mystérieuse. Quant à Cadal Forge, c'est un "méchant" qui ne fait pas frémir, il n'est pas charismatique non plus.

Je ne suis pas surprise de trouver dans ce livre des personnages assez peu approfondis. Il semble en effet que cela soit dans le style de l'auteure (ou en tous cas ce que j'ai pu voir dans « Journal d'un vampire », « Le cercle secret » ou encore « Nightworld »)

Malgré le fait que ce livre ait été écrit à la fin des années 80, le style d'écriture cadre avec ce qui se fait à l'heure actuel. La plume de l'auteure est assez simpliste, cependant j'ai tout de même dû relire certains passages tant c'était brouillon. Cela m'a laissé une impression assez bizarre.

Pour conclure, Lisa Jane Smith a eu une très bonne idée de départ pour cette histoire. Néanmoins, son univers sous-exploité et ses personnages peu approfondis ont fait que je n'ai pas adhéré à son livre.

« La nuit du solstice » est un roman très enfantin, et je conseille plutôt ce livre à de jeunes lecteurs, entre 11 et 13 ans, plutôt qu'aux adeptes de littérature Young Adult.

Livre lu pour :

1 commentaire:

  1. Je vois tellement d'avis négatifs sur le livre que je n'ai pas envie de me laisser tenter, malgré sa couverture magnifique. Il paraît qu'il est assez enfantin et que c'est assez peu approfondi, je vois que tu le remarques aussi... je crois que je vais passer.

    RépondreSupprimer