mardi 22 janvier 2013

BZRK, tome 1

BZRK, tome 1
de Michael Grant

2040. Noah est un jeune Anglais dont le frère ainé, Alex, est interné dans un hôpital psychiatrique. Sadie est une riche adolescente Américaine qui assiste à un match de foot, et voit le jet privé qui transporte son père et son frère s'écraser sous ses yeux. Leur vie à tous deux va basculer dès l'instant qu'ils sont touchés par BZRK, l'organisation qui se bat pour préserver la liberté individuelle face au clan des jumeaux Armstrong, dont le but est d'uniformiser les consciences pour garantir la paix de l'humanité.
Bienvenue dans la nano-dimension, où des insectes plus petits que le diamètre d'un cheveu, se livrent une guerre sans merci contre la folie, dans le cerveau humain et dans les profondeurs de la chair. Perdre n'est pas une option envisageable quand on risque la démence...

  • Mon avis :
Sadie et Noah sont deux adolescents dont la vie va être bouleversée à jamais. Sadie est une jeune américaine de dix-sept ans qui perd brutalement son père et son frère dans un crash d'avion. Noah est un adolescent anglais dont le frère est interné dans un hôpital psychiatrique.
Leurs destins vont se retrouver liés lorsque l'organisation BZRK va entrer dans leurs vies. Ils découvrent alors qu'un complot se trame, visant les plus hauts chefs d’États. Leurs ennemis sont dirigés par les jumeaux Armstrong, et utilisent des armes particulières : des nanobots. Pour leur faire face, les agents de la BZRK utilisent des biobots.

Dans ce roman, il est donc question d'un voyage au coeur du minuscule, d'une guerre aux armes originales puisqu'elles sont invisibles à l'oeil nu. Le concept est certes original et le récit ne manque pas d'action, cependant je suis arrivée difficilement au bout de ma lecture. En effet, je n'ai pas du tout été captivée par l'histoire, j'ai vécu tout cela avec une certaine distance.
L'univers de Michael Grant m'a semblé trop riche en informations. L'auteur utilise beaucoup de jargon scientifique, au point que c'en est indigeste. Le récit est peuplé de très longues descriptions « à l'intérieur de la viande », pour reprendre l'expression utilisée, et cela accentue la confusion face aux tonnes d'informations.

Quant aux personnages, j'avoue que je n'ai pas pu m'y attacher. Les deux adolescents au coeur du roman n'ont pas su m'émouvoir. Pourtant, ils ont traversé des moments difficiles. Il en va de même pour la multitude de personnages secondaires. Je ne leur ai pas trouvé un charisme particulier.

L'auteur a une plume particulière, avec des dialogues et expressions un peu trop "jeunesse" à mon goût. A vrai dire, je ne vois pas l'utilité d'employer des abréviations de type SMS, ni un langage par moments si familier. Pour exemple, page 152, j'ai tiqué sur « Elle pensait qu'y avait kekchose ». L'écriture de l'auteur n'est pas forcément désagréable en soi, mais ce n'est pas mon style. Peut-être qu'il s'agit tout simplement de la traduction ?

Pour conclure, je n'ai pas vraiment adhéré à ce thriller sur fond de science-fiction. Le style familier, les longues descriptions et les personnages auxquels je n'ai pas accroché n'ont pas aidé à me plonger complètement dans l'histoire. Sans doute ce roman trouvera-t-il davantage de succès auprès des fans de pure science fiction. Personnellement, j'y suis restée insensible.


Le book trailer du livre :

  • Challenge :
Challenge jeunesse / young adult : 20 livres lus / 35

1 commentaire: