lundi 13 mai 2013

Gatsby le Magnifique Francis Scott Fitzgerald

Couverture Gatsby le Magnifique 
Gatsby le Magnifique 
de Francis Scott Fitzgerald
[-Hachette jeunesse-]

Dans le Long Island des années vingt, la fête est bruyante et la boisson abondante. Surtout chez Jay Gatsby. Aventurier au passé obscur, artiste remarquable par sa capacité à se créer un personnage de toute pièce, Gatsby, figure solaire par son rayonnement, lunaire par le mystère qu'il génère, est réputé pour les soirées qu'il donne dans sa somptueuse propriété. L'opulence, de même que la superficialité des conversations et des relations humaines, semblent ne pas y avoir de limites. C'est pourquoi l'illusion ne peut être qu'éphémère.
Parmi les invités de cet hôte étrange se trouve Nick Carraway, observateur lucide qui seul parvient à déceler une certaine grandeur chez Gatsby, incarnation de multiples promesses avortées.

  • Mon avis :
Jay Gatsby fascine tout le monde et alimente les conversations. Il possède une magnifique propriété et y donne des fêtes régulièrement. Nick Carraway, voisin de Gatsby, se retrouve à l'une de ses soirées. Commence alors une étrange amitié entre les deux hommes. 

J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire, en partie à cause de l'écriture de Francis Scott Fitzgerald, que j'ai trouvée assez "lourde" et trop descriptive. C'est certes très bien écrit, mais ce n'est pas du tout un style que j'affectionne.
Nick se contente d'exposer les faits, de nous raconter tel ou tel dialogue, de nous faire l'inventaire des invités... J'ai trouvé le roman vraiment très long à démarrer et je me suis ennuyée une bonne partie de celui-ci. Les amis de Nick m'ont plutôt agacée : entre les hommes imbus d'eux même (comme Tom), les femmes vulgaires ou trop garçonnes (comme Daisy et Myrtle), les infidèles... Je me suis un peu retrouvée perdue dans cette débauche décrite, et je n'ai pas accroché avec ces personnages 100% snobs. Par contre, j'ai apprécié Jordan (même si on la voit assez peu).
J'ai trouvé que Gatsby manquait de charisme. Pour un homme qui alimente les plus folles rumeurs, je ne l'ai pas vraiment trouvé si spécial que ça. A la fin tout s'accélère bien trop vite, et l'on tourne la dernière page sans s'en rendre compte. Au final, on ne connaît toujours pas Gatsby.

Tout au long du roman j'ai attendu cette Amérique des années 20. On nous parle des fêtes de Gatsby, mais c'est tout. Je ne me suis pas du tout sentie dans l'ambiance de l'époque : les garçonnes, le jazz, la mode de l'époque, la danse, la prohibition... Je ne les ai pas vus dans ce livre.

En somme, je suis plutôt déçue de ma lecture. J'espérais vraiment trouver une histoire très ancrée dans les années 20 et un Gatsby plus charismatique.

1 commentaire: