vendredi 2 août 2013

Pierre, feuille, ciseaux

Couverture Pierre, feuille, ciseaux 
Pierre, feuille, ciseaux 
de Catherine Kalengula
Editeur : Hachette jeunesse
Collection : Bloom
Broché : 304 pages
Prix : 13,90 €

[-Sortie prévue le 7 août-]

Alice a perdu ses parents dans un accident de voiture. Accueillie par sa grand-mère qui vit à Oxford en Angleterre, elle s’enferme peu à peu dans une bulle de solitude et de souffrance.
Shane est un jeune homme rebelle et torturé. Adopté par un couple d’Anglais lorsqu’il était petit, il sent que ses origines coréennes et la difficulté d’être différent l’éloignent de ses parents adoptifs. Artiste contrarié, il se console dans les bras de jeunes femmes qu’il rejette ensuite sans scrupules. Tout sépare donc Alice et Shane, qui vont se trouver pourtant être réunis, le temps d’une panne d’ascenseur. A la faveur de l’obscurité, les carapaces se fissurent, des liens se nouent, une étincelle naît. Alice parviendra-t-elle à apaiser la colère et la violence de Shane ? Shane pourra-t-il redonner à Alice le goût à la vie ?

  • Mon avis :
Alice vit avec sa grand-mère à Oxford, suite à la mort de ses parents dans un accident de voiture. La jeune fille souffre affreusement de cette perte et se renferme sur elle même. Sa grand-mère arrive à la convaincre de rencontrer un psychologue. C'est dans cet immeuble, dans un ascenseur en panne, qu'Alice rencontrera Shane, une jeune homme d'à peu près son âge, tout aussi torturé qu'elle. Ils vont établir un certain contact, puis vont tenter de nouer quelque chose...

La première rencontre est due au hasard, les autres sont brèves et souvent sujettes aux malentendus. C'est dans ces moments là qu'on crie intérieurement "Mais non, ne fait pas ça !" ou "Oh le pauvre, mais pourquoi il ne lui dit pas tout, tout simplement ?". On peste un peu contre telle ou telle décision, mais c'est ça qui fait que la magie opère : on vit l'histoire d'Alice et Shane ! Leur relation est compliquée, elle se met en place tout doucement (alors que tout est clair dans leurs coeurs). Je me suis laissée emporter par cette histoire, j'ai vraiment passé un très bon moment. Pour tout vous dire, à peine ouvert, j'ai dévoré le roman dans la journée.

Depuis la mort de ses parents, Alice est inconsolable. Elle a tout perdu, son monde s'est écroulé. Elle pleure ses parents, mais également une petite soeur dont elle ne pourra jamais faire la connaissance (sa mère était enceinte de 6 mois). On ne peut qu'être touché par l'histoire de cette jeune fille. Et pourtant, le récit ne se veut pas larmoyant ni plaintif. Alice a une sacré personnalité et j'ai aimé la voir évoluer.

Quant à Shane, c'est une jeune coréen adopté quand il avait 3 ans par une famille aisée. Il ne se sent pas à sa place dans sa famille, il n'est qu'une pièce rapportée et ne cesse de décevoir ses parents (surtout son père) alors qu'il donne beaucoup. Ce n'est pas lui qui a choisi ses études, ni les sports qu'il pratique. Shane est passionné par le dessin (et est très doué) mais son père ne le laissera jamais choisir une filière artistique.

« Pierre, feuille, ciseaux » c'est une belle histoire d'amour et d'amitié, qui n'est pas simple. Alice et Shane s'aident mutuellement à avancer, à changer, et à regarder le monde autrement. J'ai adoré ces personnages, ils m'ont touchée. La narration alternée nous permet de voir les sentiments de chacun des protagonistes et de les connaître aussi bien l'un que l'autre.
Le seul reproche que je peux faire au roman, c'est que l'on a à peine le temps de savourer la victoire de les voir ensemble, et c'est déjà la fin. J'ai eu un petit goût de trop peu !

2 commentaires:

  1. J'ai aussi adoré ce livre, mais tu as raison dans le sens ou il n'est pas bien long, et donc on reste un petit peu sur notre faim !

    RépondreSupprimer
  2. Ce roman me fait très envie, j'ai hâte qu'il sorte. Merci pour ta chronique :).

    RépondreSupprimer