jeudi 20 août 2015

The Girl at Midnight, tome 1 : De plumes et de feu

Couverture The Girl at Midnight, tome 1 : De plumes et de feu
The Girl at Midnight, tome 1 : De plumes et de feu
de Melissa Grey
Editeur : Pocket jeunesse
Broché : 338 pages
Prix : 17.90 €

Sous les rues de New York couve une guerre ancestrale entre les hommes-oiseaux et les hommes-dragons.
Seule Écho, une jeune orpheline, pourrait y mettre fin. Pour cela elle doit trouver l’oiseau de feu, un artefact que l’on dit chargé d’un immense pouvoir.
Mais elle n’est pas la seule à le convoiter. Caius, l’étrange jeune homme qui accepte de l’aider, pourrait être le plus grand danger qu’elle devra affronter.

  • Mon avis :
Lorsqu'elle était enfant, Echo a été recueillie par Ala, une Avicenne (le peuple des oiseaux, peuple de plumes). Aujourd'hui, pas tout à fait acceptée parmi les Avicens, mais pas vraiment  à sa place chez les humains non plus, Echo vit entre ces deux mondes. L'Ala lui parle de de l'Oiseau de Feu. Selon la légende, celui qui le possèdera sera en mesure d'arrêter la guerre qui sévit depuis des décennies entre les Avicens et les Drakharins (le peuple dragon). Lors d'une mission (c'est une pickpocket très douée), elle rencontre Dorian et Caius (des Drakharins), eux aussi prêts à tout pour mettre la main sur l'Oiseau de Feu.

L'intrigue est prenante et cette quête de l'Oiseau de Feu nous tient en haleine jusqu'au bout. Dès le départ, j'ai eu des doutes concernant l'issue du récit, et j'ai eu raison. Toutefois, cela ne m'a pas empêché d'apprécier le récit et de dévorer le roman. J'ai adoré voir comment l'auteur allait nous emmener au bout de son premier tome.

L'univers de l'auteur est très plaisant et j'ai adoré me plonger au coeur du peuple des Avicens, mais aussi celui des Drakharins. Chacun tient pour responsable le peuple adverse de ses propres maux. Pourtant, au final, on se rend compte que tout n'est pas tout noir ou tout blanc. Il y a des méchants des deux côtés, des erreurs commises dans les deux camps. C'est pourquoi j'ai autant apprécié les Avicens que les Drakharins.
La magie parsème le récit, j'ai beaucoup aimé cet aspect de l'univers de l'auteur. J'avoue avoir pensé à la poudre de cheminette dans Harry Potter lorsqu'Echo se déplace.

Les personnages m'ont plu, même si au final je trouve que certains ne sont pas assez développés. En effet, j'ai l'impression que l'auteur s'est davantage concentrée sur l'action et les rebondissements de son récit.
Echo est une jeune fille courageuse, téméraire et qui n'a pas la langue dans sa poche. Son petit côté effronté n'est pas déplaisant et elle nous fait même parfois rire avec ses piques assassines.
Quant à Caïus, c'est tout à fait le genre de héros que j'adore. C'est un prince en quête de paix et de bonheur pour son peuple, mais il se retrouve vite dépassé par les évènements.
Concernant le reste de l'équipe, je les ai appréciés, même si, comme je l'ai dit plus haut, ils ne sont pas assez développés à mon goût. J'espère en apprendre plus sur eux dans les prochains tomes de la saga. Ils forment une bande hétéroclite, presque une alliance improbable, et pourtant ça fonctionne.

Pour conclure, Melissa Grey nous offre un premier tome très prometteur. L'intrigue est prenante et les personnages sont attachants. J'ai passé un très bon moment avec « The girl at midnight » et j'ai hâte d'être en 2016 pour découvrir la suite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire