vendredi 9 décembre 2016

Les Filles du Nightingale

Couverture Les Filles du Nightingale 
Les Filles du Nightingale, tome 1
de Donna Douglas
Editeur : Charleston
Poche : 688 pages
Prix : 9.75 €

Londres, 1936 Trois jeunes femmes complètement différentes deviennent apprenties infirmières dans un grand hôpital. Dora a décidé de quitter sa misérable maison bondée de la classe ouvrière pour une meilleure vie, mais également pour échapper à son détestable beau-père. Possède-t-elle ce qu’il faut pour suivre les autres filles mieux éduquées ? Helen est la plus calme des trois, une jeune femme qui évite toute sorte d’amusement. Dans l’ombre de sa toute puissante mère, administratrice de l’hôpital et de la vie de sa fille, arrivera-t-elle à trouver sa propre voie ? Millie, Lady Camilla, est une aristocrate rebelle, dont l’attitude insouciante lui vaudra de se heurter encore et encore à l’infirmière en chef, la terrifiante Sister Hyde. Retournera-t-elle à la vie luxueuse pour laquelle elle est née ou gardera-t-elle courage pour continuer sa carrière ?

  • Mon avis :
L'intrigue de « Les filles du Nightingale » se tisse autour de trois jeunes filles entrées en formation dans le prestigieux hôpital de Londres le Nightingale : Dora, Milie et Helen. Ce sont trois jeunes filles issues de différents milieux sociaux avec des caractères bien distincts. Pendant leur formation, nous rencontrons également divers personnages secondaires qui croisent la route de nos apprenties infirmières.

J'ai adoré suivre les aventures de Dora, Milie et Helen. Je me suis davantage attachée à Dora, mais je les ai aimées toutes les trois. Leurs différences enrichissent clairement le récit.
Dora est une gentille fille issue de la classe moyenne de l'East End. Elle n'a pas vraiment les moyens de suivre cette formation mais elle est prête à tout pour quitter son foyer et réussir.
Milie est l'enfant unique d'un comte et fuit le mariage et les responsabilités familiales.  Un peu frivole au début du roman, elle fini par prendre conscience de la réalité et s'assagit, notamment grâce à Dora.
Helen est la fille de Constance Treymane, qui siège au conseil d'administration de l'hôpital. Sa mère est un vrai tyran et régente toute la vie d'Helen, qui n'a pas voix au chapitre.

Quant à la galerie des personnages secondaires, elle est très éclectique. Qu'il s'agisse des patients, des autres infirmières, des Soeurs "professeures" ou des proches de nos héroïnes, je trouve qu'ils ont tous leur place au sein du roman.

« Les filles du Nightingale » est certes un roman, mais l'aspect historique est très bien traité et nous permet d'en apprendre plus sur la vie des infirmières au XXe siècle. C'est très enrichissant et hyper intéressant. Le roman nous plonge totalement dans l'ambiance de l'époque avec ses moeurs particulières.
En lisant ce roman, j'ai beaucoup pensé au roman « Appelez la sage-femme » de Jennifer Worth (un roman-témoignage sur la vie des premières sages-femmes dans les années 1950). C'est assurément un point positif car c'est un livre qui m'a émue et qui m'a beaucoup intéressée ;)

Florence Nightingale est un personnage qui m'a toujours intriguée. Je ne connaissais pas en détail sa biographie, seulement les grandes lignes, alors j'ai fait quelques petites recherches pendant ma lecture de « Les filles du Nightingale ». Pour résumé brièvement, Florence Nightingale (1820-1910) est une infirmière issue d'une famille aristocrate britannique, qui a milité pour l'amélioration et la modernisation des soins médicaux (entre autres, elle a fait beaucoup de choses cette femme !).

En conclusion, « Les filles du Nightingale » a été un vrai coup de coeur ! Les destinées de nos trois héroïnes s'entrecroisent pour nous donner un roman instructif, parfois bouleversant et assurément prenant. Je suis très pressée de lire les tomes suivants !

1 commentaire:

  1. Je ne suis pas sure qu'il soit fait pour moi, mais contente que tu aies passé un aussi bon moment avec ce livre :)

    RépondreSupprimer