mardi 23 juillet 2013

Descente en enfer

Couverture Descente en enfer 
Descente en enfer 
de Douglas Preston & Lincoln Child
Editeur : L'Archipel
Broché : 400 pages
Prix : 23,95 €

Après que sa femme, Hélène, est enlevée sous ses yeux, l'agent spécial Pendergast, du FBI, se lance à la poursuite des ravisseurs, les pourchassant à travers les États-Unis jusqu'à Mexico. Mais là, ils lui échappent et Pendergast, brisé, rentre à New York pour s'enfermer dans son appartement, refusant tout contact avec le reste du monde.
C'est son fidèle ami, D'Agosta, qui vient le sortir de sa retraite. Il a besoin de son aide pour résoudre une série de meurtres étranges commis dans plusieurs hôtels de Manhattan. Le coupable ? Un garçon qui semble doué de capacités psychiques hors du commun, au point d'échapper chaque fois à la police de manière inouïe.
Pendergast découvre bien vite que les meurtres sont en fait un message des ravisseurs d'Hélène. Pourquoi ? La réponse se trouve au plus profond d'une forêt d'Amérique du Sud, où Pendergast affrontera un ennemi redoutable. Un vieux démon qu'il avait déjà combattu..
.

  • Mon avis :
« Descente en enfer » est la douzième aventure de l'inspecteur Pendergast. Je n'ai pas lu toute la saga (seulement le tome précédent), du coup certains évènements ont été un peu flous pour moi (notamment en ce qui concernant Constance). Toutefois, ce mystère est éclairci à la fin du livre. Du coup, je pense pouvoir aborder un éventuel treizième tome avec beaucoup moins de "lacunes".

Nous suivons Pendergast immédiatement après la fin du précédent opus « Vengeance à froid ». Sa femme a été enlevée sous ses yeux, et lui se retrouve à l'hôpital. Il signe une décharge et sort sur le champs, ne voulant pas perdre une seconde pour la retrouver. Toutefois, rien ne va se passer comme prévu... Pendergast tombe dans une sorte de dépression et se laisse aller.
Parallèlement, un tueur sadique s'en prend à des victimes aléatoires. Il les tue, les découpe, et laisse un message avec une petite partie de son corps sur chacun des lieux (un bout d'oreille, d'orteil...). C'est Vincent D'Agosta qui dirige l'enquête. Il pousse Pendergast à s'intéresser à celle-ci pour qu'il ne finisse pas par faire une bêtise (drogue, ou pire : un suicide).
Pendergast va découvrir que ce tueur en série est étrangement lié à lui, et à la société Der Bund qui s'en est pris à sa femme (dont on a essentiellement suivi les méfaits dans le tome précédent).

Dans l'ensemble, j'ai passé un bon moment avec ce thriller. Toutefois, je dois avouer que je l'ai trouvé un peu longuet par moments. Cette fois-ci, le roman ne déborde pas d'action et du coup, ça m'a manqué.
Le démarrage est un peu long, et même si les choses bougent plus à partir du milieu du roman, cela n'a pas suffit à me passionner. J'ai trouvé certaines choses trop faciles et trop tirées par les cheveux (malgré le fait que les idées étaient très bonnes !). En effet, le petit bémol que j'avais souligné pour le précédent tome est toujours présent : la facilité déconcertante avec laquelle Pendergast se sort de certaines situations.

On lève enfin le voile sur le mystère concernant deux personnages secondaires (Corrie et Constance). Leurs histoires m'ont bien plu et je me demande si on va les retrouver dans le prochain tome (enfin, pour Constance j'en suis presque sûre).

Pour conclure, j'ai passé un bon moment avec « Descente en enfer », mais je l'ai trouvé quand même un peu mou.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire