vendredi 26 août 2016

Le Passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver

Le Passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver
de Christelle Dabos
Editeur : Folio
Poche : 608 pages
Prix : 8.65 €

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.

  • Mon avis :
J'avais énormément entendu parler de ce livre à sa sortie il y a quelques années, et j'attendais patiemment que le roman paraisse au format poche pour me lancer. Je n'ai vu pratiquement que des chroniques élogieuses, du coup, je m'attendais à un roman génial. Malheureusement, j'ai moyennement accroché.

L'univers inventé par Christelle Dabos est véritablement génial et enchanteur. Dès les premières pages, je me suis sentie complètement happée par cette ambiance magique et mystérieuse qu'elle a créée. J'avais l'impression que tous les ingrédients étaient là pour passer un bon moment. Et en effet, ils sont bien là : un monde impitoyable où les complots et assassinats sont légion, une héroïne avec des pouvoirs, des illusionnistes, un héros bourru... mais la sauce ne prend pas, un peu comme une recette ratée. Je pense que cela est du à deux choses : une intrigue inexistante et une héroïne terriblement ennuyeuse (pour ne pas dire tarte).

L'intrigue ne décolle jamais, et au fil de ma lecture, je me suis ennuyée de plus en plus. Effectivement, l'histoire est bien trop lente et trop creuse à mon goût. Certes, il faut le temps de poser l'intrigue, de présenter les personnages, etc. Mais là, c'est vraiment trop mou. Il ne se passe pratiquement rien en six cent pages (ou en tous cas, rien de "pertinent" pour l'intrigue). J'ai eu l'impression de faire du sur place et de ne pas apprendre de nouvelles choses, excepté ce que l'on sait au début du roman : Ophélie a des pouvoirs et elle doit se marier à un inconnu.

Ophélie, même si elle est le personnage principale, est sous exploitée. Elle a un caractère très soumis, elle n'est pas dégourdie et reste cachée 90% du roman. Ses pouvoirs sont cités mais très peu montrés, pourtant, c'est passionnant et j'aurai adoré en savoir plus. Jusqu'au bout, j'ai espéré un sursaut de rébellion de la part d'Ophélie. Mais non, la jeune fille se laisse marcher sur les pieds, elle se fait humilier, on lui parle mal, et elle encaisse, sans rien dire. Ophélie n'est pas curieuse et elle ne fait preuve d'aucune initiative.
Quant à Thorn, le fameux fiancé, il est plutôt prometteur. Toutefois, étant donné qu'on suit l'histoire du point de vue d'Ophélie, et étant donné qu'ils ont très peu d'interaction, on ne voit pas vraiment Thorn évoluer. On sent que quelque chose change en lui, qu'il s'interroge, mais cela reste trop léger.

En conclusion, malgré un début qui m'a tout de suite captivée, « Les fiancés de l'hiver » ne m'a pas du tout convaincue à cause de son histoire soporifique et son héroïne trop molle. Je regrette que l'univers soit sous exploité, ce background était tellement parfait ! Quant au final, malgré le cliffhanger, il ne m'a pas donné envie de lire le deuxième tome. Dommage !

4 commentaires:

  1. Désolée que tu n'aies pas été convaincue par l'univers de la Passe-Miroir ! Une de mes séries préférée perso (enfin pour le moment en tout cas ! Il reste encore 2 tomes, ça peut changer ^^)

    RépondreSupprimer
  2. Je suis assez d'accord avec toi à propos d'Ophélie! Je l'ai trouvé vraiment chiante! :p Mais moi j'ai bien aimé le reste de l'histoire, et même si ça n'a pas été un coup de coeur pour moi, ça reste une très bonne lecture :) Et j'ai hâte de lire le tome 2 en espérant en apprendre plus sur ses pouvoirs justement :D

    RépondreSupprimer
  3. Ah mince, désolée pour toi. J'ai adoré ce premier tome et encore plus le second. Le seul truc que je lui reprochais c'était justement qu'Ophélie se laissait trop marcher sur les pieds, mais j'avais trouvé qu'elle prenait doucement confiance en elle au fil des pages.

    RépondreSupprimer