samedi 16 juin 2018

La dernière traversée

Couverture Les amoureux de l'Empress / La dernière traversée 
La dernière traversée
de Caroline Pignat
Editeur : Charleston
Poche : 400 pages

Bannie de la résidence familiale en Angleterre, Ellie est embauchée en 1914 pour travailler à bord de l'Empress of Ireland. Dès la première traversée, elle est attirée par Jim, un jeune homme mystérieux qui travaille comme souffleur dans les fournaises du paquebot. C'est le coup de foudre... jusqu'au soir du terrible naufrage au large de Rimouski au cours duquel le jeune couple est séparé. Ellie retourne à Liverpool pour tenter de retrouver le courage de vivre après la disparition de son amoureux. Là-bas, un ambitieux journaliste souhaite écrire l'histoire de cette épouvantable nuit. Aussi offre-t-il à la jeune femme, en échange de son témoignage, des feuillets du journal de Jim retrouvé parmi les débris du naufrage. Page par page, Ellie découvre alors les secrets de son bel amant. Lorsqu'elle apprend que la dépouille de Jim n'a jamais été repêchée, un espoir fou renaît...

  • Mon avis :
La grand tante d'Ellen Hardy, dix-huit ans, l'envoie sur l'Empress of Ireland pour y être femme de chambre. Ellen s'y rend sous un faux nom : Ellie Ryan, avec sa bonne, Meg Bates. Le bateau fait Liverpool/Québec en six jours seulement. Lors de ces traversées, Ellie y découvre la dure vie des domestiques, le travail harassant, mais elle découvre également l'amitié avec Meg, et l'amour, avec Jim Farrow, un des machinistes. Leurs vies basculent la nuit où l'Empress of Ireland sombre dans l'estuaire du fleuve Saint-Laurent, près de Rimouski.

Je suis très sensible aux catastrophes de cette ampleur et des conséquences qui en découlent. J'avais hâte de lire ce roman et de découvrir l'histoire d'Ellie Ryan. J'ai immédiatement été happée par cette intrigue terriblement addictive. Chaque fin de chapitre m'a donné envie de découvrir le prochain.
Les personnages principaux vivent des situations difficiles et traversent des moments vraiment très durs. Pourtant c'est un roman plein d'amour, d'amitié, avec des moments très touchants.
J'ai vécu cette "aventure" à fond, comme si j'étais une petite souris placée sur l'épaule d'Ellie. J'ai été émue, j'ai souri, et j'ai également ressenti de la colère envers certains évènements et personnages. Le moins que l'on puisse dire, c'est que Caroline Pignat nous livre un roman riche en émotions.

C'est également un roman "instructif" qui m'a permis d'en savoir plus sur cette catastrophe maritime que je ne connaissais pas, je l'avoue. Le bateau a levé l'encre à Québec avec 1477 personnes à bord et il y a eu seulement 465 survivants. Proportionnellement, ce naufrage est plus meurtrier que celui du Titanic ou celui du Lusitania. Pourtant, la catastrophe qui a touché l'Empress of Ireland a été un peu oubliée à cause de la Première Guerre Mondiale déclenchée un mois plus tard et de l'absence de passagers "prestigieux".

Pour conclure, « La dernière traversée » a été une très bonne lecture. L'auteure nous livre une histoire très poignante, à la fois belle et tragique. Le roman laissera à coup sûr une marque indélébile dans mon esprit. Je respecte énormément le travail qu'a fait l'auteure pour nous livrer ce récit. Au delà de l'aspect historique du roman, Caroline Pignat nous offre également une galerie de personnages principaux et secondaires très touchante.

Afficher l'image d'origine

1 commentaire:

  1. Oh il a l'air vraiment pas mal ! Je ne connais rien de ce naufrage non plus donc ça pourrait être intéressant aussi...

    RépondreSupprimer